Les indemnités journalières se réduisent comme peau de chagrin

Par Dr François-André Allaert le 4 janvier 2012

Les indemnités journalières ont été décidément dans le collimateur du ministre de la santé en 2011. Après une modification du mode de leur calcul qui permet de les revoir à la baisse, un jour de carence a été institué dans la fonction publique et un 4ème jour était prévu pour le secteur privé mais cette dernière économie sur le dos des patients n’a finalement pas été retenue du  moins jusqu’à quand ?  Cette approche des arrêts de travail  est inefficace et injuste car soit les personnes en ont besoin et il n’est pas normal de les pénaliser  financièrement, soit ce sont des arrêts de travail abusifs.Il faut lutter contre de manière très importante et sanctionner financièrement tant les personnes qui en abusent que les médecins qui les ont prescrits car osons le dire, cela s’apparente à de l’’escroquerie à l’assurance…

En appliquant des calculs moins intéressants ou en rajoutant des jours de carence, cela revient à baisser les bras devant la fraude et à faire supporter par ceux qui en ont vraiment besoin, les déviances de ceux qui en abusent. Cela revient comme c’est de plus en plus le cas, à faire supporter par les vrais malades les sommes gaspillées par les truqueurs et à rompre avec le principe de la solidarité nationale.  Imaginons que l’on généralise ce processus à d’autres domaines.  Imaginez par exemple que vous receviez une feuille d’impôts majorée de 10% qui vous expliquerait qu’en raison du nombre de fraudes  – et notamment des plus gros contribuables par exemple – le ministre des finances a décidé de faire supporter le coût de ces fraudes à l’ensemble des citoyens afin d’éviter de devoir poursuivre les fraudeurs… Peut-être les personnes réagiraient-elles plus brutalement mais pourtant c’est ce qui se passe actuellement dans le domaine des arrêts maladie.

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *