La maladie du charbon et la menace terroriste !

Par Dr François-André Allaert le 4 mai 2012

La maladie du charbon ou anthrax est une infection aiguë causée par le Bacillus anthracis ou bacille du charbon. La maladie affecte les animaux domestiques – comme les bovins, les moutons, les chèvres, les chevaux, les ânes, les porcs  et les chiens. Cette maladie animale existe encore en France, où des cas isolés sont régulièrement détectés.

La maladie du charbon se manifeste soit sous une forme cutanée soit sous une forme pulmonaire ou  intestinale. Elle est alors provoquée soit par la manipulation de produits  contaminés d’animaux infectés, soit par l’inhalation du bacille sous forme de spore, soit par l’ingestion de viande contaminée insuffisamment cuite. Elle ne se transmet pas de l’homme à l’homme.

La célébrité relative de cette maladie est lié au fait que le bacille peut également être utilisé comme arme biologique tel que cela s’est produit aux États-Unis en 2001 où  la distribution par la  poste d’enveloppes contenant une poudre à laquelle on avait délibérément ajouté des bacilles du charbon a causé 22 cas de la maladie.

La forme cutanée est la plus fréquente et résulte d’un contact entre des spores et une blessure. Elle provoque l’apparition d’une ulcération entourées de vésicules qui se couvre ensuite d’une croûte noire d’où le nom de la maladie. Dans 80 % des cas, elle guérit sans complications. Mais des complications à type d’œdème peuvent survenir et entrainer  la mort dans 5% à 20% des cas. Le dernier cas connu en France serait celui de trois personnes contaminées par un bœuf abattu en novembre 2008 dans une ferme de Moselle.

La forme intestinale de la maladie du charbon est plus grave puisque de 25 à plus de 50 % des personnes qui la contractent  en meurent.  Ce taux atteint 50% dans les formes pulmonaires telles que celles survenues aux Etats Unis dans le cadre de la menace terroriste

Le traitement habituel consiste en une antibiothérapie de 60 jours. Son succès dépend de la forme de la maladie ainsi que de la durée de la période entre l’exposition et le début du traitement.  Plus elle est courte, meilleures sont les chances.

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *