Sur la piste du diabète

Par Maxime ROSSIGNOL le 7 février 2011

C’est en 2002 qu’est né en Bourgogne le dépistage du diabète. Cette année-là en effet, 28 000 dépistages ont été réalisés, permettant de découvrir 1 350 diabétiques qui s’ignoraient. Cette action fut une première en France et fut ensuite reprise sur l’ensemble du territoire.  Robert Yvray, Président de l’Association des Diabétiques de Côte-d’Or, en dit plus au micro de Dijon-Santé.fr et évoque notamment le dépistage de la rétinopathie diabétique…

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=wz1Xq8iXk7Q[/youtube]

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • yves lohier le 25 février 2011 à 21:15

    Bonjour,
    Je suis diabétique 6 novonormes par jour et 2 piqûres d’insuline 1 matin et 1 le soir voir 44 unité et 40 unité Humalog Mix25. Pas stabilisé lorsque je ne fais rien mais dès l’instant ou je me mets à faire des travaux pas trop dur alors le diabète devient normal voir même en ippo à 0.5.
    Alors une question se pose à moi. Lorsque l’on est hospitalisé pour un diabète pourquoi faire un diagnostique lorsque l’on est toute la journée dans son lit à rien faire et que l’on mange très peux (voir équilibré)alors que lorsque l’on est à la maison le diagnostique devient caduc puisque l’on est plus ou moins en activité et que l’on a pas un cuisinier pour nous faire à manger.
    Je ne suis pas médecin loin de là, mais quand même je pense que l’on devrait adapter la posologie en fonction de son activité ou non activité.
    Qu’en pensez vous?