Il est né en Bourgogne !

Par Maxime ROSSIGNOL le 2 février 2011

« Les antibiotiques, c’est pas automatique ! » Ce slogan, nous l’avons tous répété des dizaines de fois, sans forcément savoir qu’il à sa source à Dijon. En effet, c’est dans la capitale de Bourgogne que fut élaboré le premier Test de Diagnostic Rapide (TDR) permettant de déceler l’origine virale ou non des angines. Pierre Routhier, Directeur de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie, à l’initiative de ce projet, répond à quelques-unes de nos questions concernant cette découverte 100% Dijonnaise.


[Dijon Santé Côte-d’Or] Le « strepto-test » (test de dépistage rapide du streptocoque dans l’angine) a la réputation d’avoir été pensé en Bourgogne, est ce vrai ?


[Pierre ROUTHIER]

Effectivement, il faut savoir que bien avant le lancement de la campagne « Les antibiotiques, c’est pas automatique », la Bourgogne s’est penchée sur le problème de santé publique posé par un mauvais usage des antibiotiques (cf. phénomène des résistances bactériennes aux antibiotiques). Dès le milieu des années 80, le Professeur Henri Portier – alors chef du service des maladies infectieuses et tropicales au CHU de Dijon – s’est intéressé à l’angine et au traitement de cette pathologie, s’inspirant alors d’un test de diagnostic rapide (TDR) utilisé aux Etats-Unis dans les années 70. L’équipe du Pr Portier a décidé d’ « importer » cet outil en France en organisant les études nécessaires pour montrer les bénéfices de cet outil pour la santé publique. NDLR : L’angine est une infection courante qui donne lieu, dans 66% des cas, à une prescription d’antibiotiques, alors que sur les 8 à 9 millions d’angines diagnostiquées en France, 75 à 90% sont d’origine virale chez l’adulte et 60 à 75 % le sont chez l’enfant. Les angines virales ne justifient aucun traitement antibiotique. Le TDR angine est un outil d’aide au diagnostic qui permet aux médecins de déceler facilement et simplement si une angine est d’origine virale ou bactérienne, et donc d’adapter sa prescription pour savoir s’il faut un antibiotique ou pas. En 1999, des financements étant nécessaires pour poursuivre ces études, le Pr Portier a fait alors appel à l’Assurance Maladie, via l’URCAM (Union régionale des caisses d’assurance maladie – organisme aujourd’hui dissout). Nous avons répondu favorablement à ce projet qui consistait très concrètement à promouvoir de nouvelles pratiques médicales dans une logique de progrès pour la santé publique, et de maîtrise médicalisée des dépenses de santé (baisse des prescriptions d’antibiotiques). Entre 1999 et 2001, une expérimentation a été menée auprès de 800 médecins généralistes de Bourgogne (représentant 3 400 patients). Le test a permis de réduire de moitié la prescription d’antibiotiques en Bourgogne. En 2002, le TDR angine est généralisé à toute la France, dans le cadre du lancement de la désormais célèbre campagne de sensibilisation « Les antibiotiques, c’est pas automatique ». On peut donc affirmer sans rougir que la Bourgogne est une région pionnière dans la promotion du bon usage des antibiotiques, grâce au partenariat entre l’Assurance Maladie et les professionnels de santé (le CHU de Dijon à travers son service des maladies infectieuses, les médecins libéraux ayant accepté de tester le TDR à l’époque…). Aujourd’hui, l’Assurance Maladie met gratuitement le TDR angine à la disposition des médecins. Depuis 2002, 14 millions de TDR ont été diffusés et utilisés en France.


[Dijon Santé Côte-d’Or] Le slogan de l’assurance maladie  » les antibiotiques, c’est pas automatique » pourrait il exister sans cette étude ?



[Pierre ROUTHIER]

En 2002, s’appuyant sur les résultats de l’expérimentation menée en Bourgogne, Bernard KOUCHNER, Ministre de la santé, décide – avec le concours de l’Assurance Maladie – de la généralisation du Test de diagnostic rapide de l’angine à la France entière. Cette généralisation a été une vraie opportunité pour combattre efficacement la progression des résistances bactériennes aux antibiotiques. La mise à disposition du TDR constituait un vrai service pour montrer aux médecins et aux patients qu’il était facile et simple d’agir pour le bon usage des médicaments antibiotiques. Lancé dans la foulée, la campagne de sensibilisation « Les antibiotiques, c’est pas automatique » a permis, depuis, d’éviter 40 millions de prescriptions d’antibiotiques, soit l’équivalent d’un hiver de prescriptions.


[Dijon Santé Côte-d’Or] Est ce que ce test de dépistage rapide est aujourd’hui véritablement utilisé partout en France ?


[Pierre ROUTHIER]

En 2009, 2 millions de tests ont été commandés par les médecins français (14 millions depuis 2002). Les médecins peuvent le commander facilement depuis internet via leur « espace pro » (service en ligne mis à disposition par l’Assurance Maladie). On note toutefois une stagnation du nombre de tests de commandés ces dernières années, corroborée à une tendance à la reprise de la consommation d’antibiotiques en France (+ 4% entre 2008 et 2009) lais aussi en Côte-d’Or (+ 5% entre 2008 et 2009). C’est pourquoi l’Assurance Maladie a relancé une grande campagne de sensibilisation en 2010, autour d’un nouveau slogan : « Les antibiotiques, si on les utilise à tort, ils deviendront moins forts ». La promotion du TDR angine auprès des médecins fait partie des actions en cours pour poursuivre le bon usage de ces médicaments, et préserver leur efficacité.

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *