Cancer du col de l’utérus : le vaccin de la discorde !

Par Dr François-André Allaert le 4 février 2014

Fin d’année 2013, plusieurs femmes ont déposé plainte à l’encontre du vaccin Gardasil destiné à prévenir le cancer du col de l’utérus au motif qu’il aurait suscité chez elles des troubles neurologiques.

Ce vaccin agit en protégeant contre le papillomavirus responsable de 70% des cancers du col de l’utérus. Difficile à dire à ce jour s’il s’agit d’une simple concomitance de survenue ou d’un effet indésirable rare mais redoutable. En faveur de la concomitance s’inscrit le fait que les maladies dont sont atteintes ces femmes surviennent aussi chez des femmes qui ne sont pas vaccinées. Pour décider, il faut alors connaître et comparer la fréquence des affections concernées chez les femmes vaccinées (cas) et chez les femmes non vaccinées (témoins). Dans le cadre du plan de gestion des risques demandés par la HAS lors de la mise sur le marché du vaccin une étude cas-témoins a été mise en place en France pour évaluer l’existence d’une éventuelle association entre Gardasil et diverses pathologies auto-immunes et ses résultats n’ont pas montré d’association. On peut aussi être sur que chez les femmes vaccinées un certain nombre d’entre elles ont eu également diverses autres maladies mais c’est aussi « normal » que lorsque l’on vaccine plusieurs millions de personnes certaines d’entre elles présentent des maladies sévères sans que celles-ci  soient en rapport avec la vaccination.

A ce jour aucun élément épidémiologique n’est en faveur d’un lien entre ces maladies neurologiques et la vaccination contre le cancer du col de l’utérus et ce vaccin reste préconisé par les autorités sanitaires françaises. En 2012 le cancer du col de l’utérus a tué 1.102 Françaises. La survie des milliers d’autres qui ont été atteintes a été obtenue au prix de souffrances physiques et morales importantes et de dépense de santé considérables.

Pour ma part, ceci m’incite à préconiser cette vaccination car le bénéfice/risque est en sa faveur de même que je suis en faveur de la vaccination contre l’hépatite B au regard du risque d’une hépatite avec ses conséquences en terme de cirrhose hépatique et de cancer du foie.

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *