Le dossier médical partagé

Par Dr François-André Allaert le 22 avril 2018

L’Arlésienne du Dossier Médical Partagé

Le dossier médical partagé est à la médecine ce qu’est l’Arlésienne à l’opéra ou le monstre du Loch Ness à l’Ecosse. Régulièrement on en reparle en disant qu’il va être disponible. Pour la petite histoire, c’est en 2004 qu’on en a parlé la première fois sous le nom de Dossier Médical Personnel (il n’y a que 14 ans…), et ensuite lui succède le projet de carnet de santé dématérialisé qui était censé regrouper toutes les informations de santé du patient. Redoutable résultats : 210 millions d’euros d’investissement plus tard, seulement 158 000 dossiers étaient créés en 2012 dont 89500 vides de tout contenu… En 2017, le projet ressort et on nous annonce que tous les patients pourront ouvrir un dossier électronique dans lequel l’Assurance Maladie chargera les informations concernant les deux dernières années de remboursement des soins. Bon ce n’est pas vraiment un dossier médical mais au moins il devrait y avoir quelque chose dedans. Ce dossier pourrait même être ouvert par les pharmaciens qui devraient toucher 1 euros par dossier ouvert !!!! La loi prévoit aussi que les établissements de santé transfèrent les comptes-rendus d’hospitalisation dans le fichier. A noter aussi que le patient pourra éliminer de ce dossier ce qui le gêne ou ajouter ce qu’il veut. Rendez-vous à l’automne. J’espère que cette fois-ci cela marchera mais j’avoue que je reste sceptique…

 

Docteur Bien Public

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • vincent le 22 avril 2018 à 21:04

    Quelle habileté à ne montrer qu’ une partie de la vérité qui vous arrange. Combien y a t il de dossiers aujourd hui? Quels sont les ES qui s en servent depuis au moins 5 ans? Pour quels types de pathologies?

  • iowahouse le 23 avril 2018 à 4:31

    bien dit reuri, les US veulent une bonnes guerre en Europe, ils faut bien combler le retard technologiques, scientifiques, et médicales, les guerres cela serre à ça, mais ils leurs faut une vraie guerre à ses salops , chez les arabes dans le désert cest pas bien, mais par contre chez nous en Europe, cest intéressant, point de vue technologie, scientifiques,et médicales, ont peut expérimenté tout ce quont veut, ils y a des généraux qui nont aucune expériences dans la façons de faire la guerre, là ont vas les mettre sur un vrais terrain et à lépreuve, face à la réalité avec des armes modernes, cest quand même mieux que dans une académie militaire, pareille pour le mondes médicales, car ne me dite pas que toutes les expériences scientifiques et médicales dans les camps dextermination non pas servis à faire progresser et évoluer la médecine, cela et pareil pour point vue technologique, aujourdhui ils y a un énorme retard sur ces plans là, et ils faut les faire évoluer et les commercialiser.

  • Adil MushtaQ le 4 mai 2018 à 23:55

    Je dois faire une carte

  • le douaron le 12 novembre 2018 à 10:42

    beaucoup de médecin n’en veulent pas pour « secret professionnel » d’autre pour « confidentialité non effective » n’est pas plus tôt pour « encore de la paperasse ». la carte vitale a déjà eu des opposants pour « cause de frais d’achat des sabots et réseau » pour ma part, j’ai fait moi même le dmp en allant m’inscrire au chu dès son origine (après les livrets coûteux jaunes » et seul, le chu charge après chaque visite ; jamais mon médecin traitant ni d’autres d’ailleurs ne l’ont rempli malgré le logo apposé par moi sur ma carte vitale. il va y avoir un nouveau dmp (comme le beaujolais, vivra t il ? j’en doute le mien continuera d’être rempli par moi et le chu ; dommage. la crainte que les données puissent être lues pas des assurances, des employeurs, etc…même la sécurité n’est pas totalement fausse mais, toute notre vie n’est elle pas déjà surveillée de prêt ? nous donnons déjà aux impôts , aux organismes, aux employeurs via les mutuelles d’entreprise, aux organismes sociaux, aux institutions communales, aux banques, aux assurances, etc… toutes sorte d’informations de notre vie, de notre santé alors, le dmp ne sera pas pire voire le plus utile des documents en cas d’urgence face à la possibilité de mourir si les soins ne sont pas les bons sachant qu’en consultant ce dmp, les soins en pourraient être meilleurs