Vaccins: fausses concertations et vraie obligation

Par Dr François-André Allaert le 11 décembre 2016

Les vaccins, un enjeu de santé publique

Le comité d’orientation de la concertation citoyenne sur la vaccination avait pour objectif de réfléchir sur la façon de redonner confiance aux français dans la vaccination. 40% d’entre eux témoignent effectivement de réticences de plus en plus marquées. Le principe était bon mais visiblement la « concertation » n’a pas vraiment eu lieu.

La démocratie sanitaire fait figuration

Certes des auditions ont été réalisées et deux jurys, un de citoyens et l’autre de professionnels de santé, ont été constitués de même qu’un site d’expression a été mis en ligne. Certains ont pourtant le sentiment qu’ils n’ont servi que de prétexte, pour justifier les propres convictions du Pr. Fisher, Président du comité. En clair, j’ai un peu l’impression que comme souvent, la « démocratie sanitaire » n’est qu’une façade, pour donner à des décisions arbitraires un semblant de légitimité. On a accordé aux patients et aux citoyens en général, non  pas la possibilité de participer et d’être entendus, mais celle de faire de la figuration. En tous cas, c’est le sentiment que l’on peut avoir face à la conclusion de ce comité de concertation… Il propose le retour à l’obligation de vacciner pour les onze vaccins inscrits au calendrier vaccinal pédiatrique.

Informer et convaincre

A titre personnel, je suis favorable à la vaccination. Mais je suis stupéfait que ce qui devait aboutir à une politique d’incitations et d’explications se termine par une obligation. Cela me paraît contribuer hélas à discréditer les vaccins que de devoir obliger, faute de savoir convaincre. Cette démarche me paraît aussi peu crédible que de penser que le centralisme démocratique de l’Union Soviétique était la voix du peuple.

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *