Bisphénol A: les lobbies dirigent-ils l’Europe?

Par Dr François-André Allaert le 25 janvier 2015

D’habitude, c’est toujours l’Europe qui interdit plein de choses: par exemple, les fromages au lait cru que font traditionnellement de nombreux pays membres….

Pour le Bisphénol A, c’est le monde à l’envers. Alors que les autorités françaises s’étaient déclarées pour l’interdiction de ce composé, l’EFSA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments) vient de se déclarer en faveur du produit en indiquant que le « Bisphénol A » ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs, de tous les groupes d’âges, y compris les enfants à naître. Bien sûr, immédiatement, la France s’insurge, criant au scandale et aux pouvoirs des lobbies qui pourraient être à l’origine de cette décision de l’Europe.

Je ne suis pas compétent pour prendre position, mais ce qui m’interroge, c’est pourquoi personne n’utilise l’argument du poids des lobbies lorsque l’on veut interdire certains produits alimentaires traditionnels… Il n’y a pas que des lobbies industriels; il y a aussi des lobbies politiques, scientifiques qui peuvent avoir intérêt à agir pour des intérêts divers et variés. En tout cas, pour une fois que l’Europe était favorable à ne pas interdire, c’est raté ! Par contre pour démontrer l’effet des lobbies, ce sera sans doute une autre affaire…

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *