Faut-il avoir peur des ondes de téléphones portables & co ?

Par Dr François-André Allaert le 27 juin 2011

D’un point de vue scientifique il ya peu d’explications actuellement à l’électrosensibilité hormis les travaux du  Pr d’oncologie Dominique Belpomme, qui aurait mis en évidence une hypoperfusion vasculaire cérébrale et  une augmentation de différents biomarqueurs de stress chez ces personnes. Ces élément ressemblent à ceux décrits comme étant à la base de la migraine ce qui serait d’ailleurs cohérent avec le fait que les personnes électrosensibles se plaignent beaucoup de maux de tête. Peut-être les ondes provoquent-elles les mêmes troubles vasculaires que ceux déclenchant la migraine ?  A noter d’ailleurs que dans la migraine on ne connait pas non plus vraiment les mécanismes qui en sont à l’origine…

Selon d’autres auteurs les personnes électrosensibles auraient une plus grande réactivité du système nerveux central. Il s’agirait d’une prédisposition physiologique qui entraînerait une sensibilité plus grande aux facteurs environnementaux de stress. On peut aisément imaginer que  sur les millions de personnes exposées au rayonnement certaines soient plus sensibles que d’autres. Ce ne serait pas plus surprenant que de savoir qu’il y a des personnes qui ne peuvent pas manger du pain parce qu’elles  sont dramatiquement allergiques au gluten. Elles aussi connaissent plein de difficultés dans leur vie parce que du gluten, il y en a un peu partout mais on n’interdit pas le gluten pour autant… Par contre elles peuvent trouver du pain sans gluten, comme les personnes électrosensibles devraient pouvoir trouver des zones blanches c’est-à-dire exemptes d’ondes.

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Darsonval le 27 juin 2011 à 21:49

    A ma connaissance, le Pr Belpomme n’a pas mis en évidence de rapport de « cause à effet » (c’est à dire de lien physique) entre « ondes » et « électrosensibilité ». Ce qu’il a mis en évidence est le fait que ces personnes souffrent, ce que personne ne conteste. Hormis les travaux du Pr Belpomme, il ne faudrait quand même pas oublier ce qui constitue l’état actuel des connaissances scientifiques sur ce sujet : les études utilisant la vérification expérimentale et menées en double aveugle sous l’égide de l’OMS. On peut lire les conclusions dans ce document : OMS aide–mémoire 296

  • ehs le 29 juin 2011 à 19:00

    il y a des travaux publiés par des chercheurs *internationaux* le professeur Belpomme n’a rien publié.