Ondes électromagnétiques: la justice reconnait l’existence d’un handicap, une première en europe

Par Guillaume Varinot le 26 août 2015

Marine Richard, ancienne journaliste de 39 ans et souffrant d’un syndrome d’hypersensibilité, a été reconnue victime d’un handicap grave par le Tribunal du contentieux de l’incapacité de Toulouse. Le jugement précise que la déficience fonctionnelle de la patiente est de 85% « avec restriction substantielle et durable pour l’accès à l’emploi ». Une première en France et en Europe. Une allocation lui sera donc accordée.

Un homme de 32 ans s’était déjà vu accordé, en 2014, une aide financière par la Maison départementale des personnes handicapées de l’Essonne. Mais il s’agissait alors d’un accord à l’amiable et non d’une décision de justice. Une bonne nouvelle donc pour les patients souffrant de ce syndrome, qui se traduit notamment par des maux de tête, de ventre, des picotements et des troubles du sommeil. Certains d’entre eux allant jusqu’à s’isoler dans des grottes pour éviter de ressentir les effets des ondes… Ou encore à se calfeutrer derrière des Cages de Faraday. Une souffrance encore trop souvent aujourd’hui ignorée.

L’association Robin des Toits, qui milite notamment pour la création de zones blanches en France, estime que ce jugement est « une victoire très importante » dans la future reconnaissance de la maladie. Même si du chemin reste encore à faire…

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *