Le « régime corset »: l’aristocratie s’invite à table

Par Eric Françonnet le 5 janvier 2017

Qu’est ce qu’un corset?

L’objectif initial des corsets était double : affiner la taille et maintenir la poitrine d’une élite, à savoir l’aristocratie, féminine évidemment, qui en a eu l’usage et l’apanage, pendant très longtemps. Notons que le corset est une invention ibérique : il est apparu à la cour d’Espagne au XVIe siècle, pour sculpter le corps de la noblesse. Il s’est ensuite répandu dans toute l’Europe monarchique, et a perduré pendant des siècles et des siècles, comme l’apparat d’une élite, dont il incarnait la droiture, la fermeté d’âme, et le respect des conduites morales dictées par un statut élevé dans la société. Même si le féminisme a eu la dent dure contre lui, dès les prémices du XXe siècle, le corset n’en demeure pas moins, aujourd’hui, un symbole de l’élégance à la française, et il a donné également son nom à un régime : il s’agit du « régime corset », dont nous allons souligner l’extrême dangerosité.

Le « régime corset », la diète stupide…

Le « régime corset » passe par le port, remis au goût du jour, par des personnalités « princières » (Kate Middleton) ou bien encore « people » (Jessica Alba), d’un corset certes, mais qui plus est, un corset spécial minceur. Le principe est vendeur car il fait miroiter, aux personnes obsessionnelles de la balance, une perte de poids, qui porterait ses fruits, sans le moindre effort. Il s’agirait, en effet, d’endosser, de 2 à 12 heures par jour, un corset, qui aurait les mêmes effets qu’un « by pass » gastrique, mais sans la lourdeur d’une intervention chirurgicale. La pression qu’exerce le corset a, pour effet notoire, d’entraîner un sentiment de satiété, qui va de paire, avec la perte de poids. Le concept est pour le moins alléchant, d’autant plus qu’il diminuerait le tour de taille, tout comme, le tour de hanche : s’agit-il de promesses réelles ou spécieuses ? Des spécialistes s’insurgent, en tout cas, contre cette mode, étant terriblement d’actualité.

Et dangereuse!

En effet, en comprimant l’estomac et la poitrine, le corset peut dégrader la peau, et aller jusqu’à blesser des organes vitaux, comme le foie, les reins, et la rate. Le manque d’oxygénation, peut même, ne pas être un allié minceur, mais au contraire, un facteur avéré de prise de poids. En bref, les griefs contre le « régime corset » sont nombreux. Le métabolisme trinque sévèrement à cause de cette auto-torture. Le cas d’une jeune allemande de 24 ans, Michele Köbke, au sort lié au « régime corset », est des plus flagrants : ayant porté un corset, 24 heures sur 24, elle n’affiche plus qu’une taille famélique de 40 centimètres. De surcroît, les muscles de son dos se sont atrophiés et elle se retrouve dans l’incapacité de manger normalement. Les méthodes radicales, pour maigrir, ont des conséquences qui le sont autant, et pas toujours au sens bénéfique souhaité, au contraire.

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *