Déficience visuelle chez l’enfant !

Par Timothée Barbier le 6 septembre 2017

Déficience visuelle chez l’enfant : un accompagnement possible par le pôle sensoriel et moteur du clos Chauveau

Qu’est-ce que le Pôle Sensoriel et Moteur du Clos Chauveau ?

 

Le Pôle Sensoriel et Moteur du Clos Chauveau est sous la responsabilité juridique et morale d’une Association, les Pupilles de l’Enseignement Public (pour la Côte-d’Or, PEP21).

 

Quelle est la population accueillie par le PSM ?

 

Sur décision de la Maison Départementale pour les Personnes Handicapées (MDPH), le Pôle Sensoriel et Moteur accueille des enfants et des adolescents qui présentent des déficiences motrices et sensorielles (troubles des fonctions auditives ; troubles des fonctions visuelles) nécessitant un accompagnement spécialisé. Ces jeunes sont prioritairement originaires de Côte-d’Or, mais également des départements limitrophes lorsque ceux-ci ne sont pas dotés de structures équivalentes.

 

La déficience visuelle chez l’enfant et l’adolescent :

– De nombreux troubles visuels : de la malvoyance à la cécité totale

– Deux critères objectifs mesurables

. l’acuité visuelle : pour être accueilli à l’Institut d’Education Sensorielle du Clos Chauveau, le critère retenu pour l’agrément est de 4/10ème après correction du meilleur œil

. le champ visuel qui peut être plus ou moins perturbé.

D’éventuels phénomènes peuvent être associés à cette déficience visuelle : nystagmus (petits mouvements involontaires et saccadés des yeux, souvent dans le sens horizontal), photophobie, anomalie de la vision des couleurs…

 

Les principales pathologies rencontrées : cataracte congénitale, glaucome, myopie forte, rétinopathie pigmentaire et autres pathologies de la rétine, colobome, rétinopathie des prématurés, microphtalmie, aniridie, tumeurs…

Les origines de ces pathologies visuelles : héréditaire ou génétique, congénitale, post-natale (grande prématurité de l’enfant, accident, maladie…)

 

L’accompagnement de la déficience visuelle par le PSM

 

  1. – Les jeunes déficients visuels sont suivis dans le cadre de l’Institut d’Education Sensorielle (IES) «handicap visuel» et du Service d’Aide à l’Acquisition de l’Autonomie et à l’Inclusion Scolaire (SAAAIS). Ces jeunes, âgés de 6 à 20 ans, peuvent avoir un déficit visuel sévère ou profond, une cécité.
  2. – Généralement, les jeunes déficients visuels sont orientés vers le Pôle Sensoriel et Moteur du Clos Chauveau par un Centre d’Action Médico-Social Précoce (CAMSP), un Centre Médico-Psycho-Pédagogique (CMPP), un service hospitalier, un médecin scolaire… en accord avec la famille. Cette orientation doit obligatoirement être validée par une notification de la Maison Départementale pour les Personnes Handicapées (secteur enfance).
  3. L’accompagnement par le Service d’Aide à l’Acquisition de l’Autonomie et à l’Inclusion ScolaireTous les jeunes déficients visuels suivis par le Pôle Sensoriel sont scolarisés au plus proche de leur domicile familial. Les professionnels de l’équipe interviennent sur les lieux de vie de ces jeunes (établissement scolaire, structures de loisirs…)
  4. Une équipe pluridisciplinaire au service des jeunes déficients visuels : Directeur, chefs de service éducatif, secrétaire, médecin coordonnateur, médecin ophtalmologiste (partenariat avec le Centre Basse Vision de Dijon), médecin psychiatre, infirmières, psychologue clinicienne, neuropsychologue, instructeur de locomotion, instructeur en activités de la vie journalière, psychomotricien, moniteur apprentissage clavier informatique, transcripteur-adaptateur de documents, éducateurs spécialisés, assistante sociale, enseignants chargés de soutien.
  5. Les accompagnements proposés :
  • Accompagnement thérapeutique :

– Le médecin-ophtalmologiste, compétent en basse vision et garant du projet médical et paramédical. Cette prestation est assurée par le médecin ophtalmologiste qui dépend du Centre basse vision de Dijon

– Le médecin psychiatre, médecin ressource qui intervient en lien avec la psychologue clinicienne

– La psychologue clinicienne : a une fonction d’expertise (évaluation du fonctionnement psychologique du jeune, interventions auprès des équipes pédagogiques…), une fonction d’écoute (soutien psychologique auprès du jeune et de sa famille, groupes de parole…)

– La neuropsychologue étudie le fonctionnement du cerveau en mesurant différents aspects de notre fonctionnement intellectuel et cognitif, incluant la pensée, la mémoire, le langage, la gestion des informations, la perception. Elle propose des actions de remédiation si nécessaire.

  • Accompagnement rééducatif

– La psychomotricienne : agit par l’intermédiaire du corps sur les fonctions mentales, comportementales et instrumentales perturbées par un contrôle visuel inefficient ; accompagne et stimule le développement moteur global de l’enfant

  • Accompagnement lié à la compensation du handicap visuel

– Le transcripteur-adaptateur de documents assure les adaptations personnalisées de documents scolaires en lien avec les enseignants.

– L’instructeur en activités de la vie journalière (AVJ) permet d’acquérir ou de retrouver l’autonomie dans les actes de la vie courante (développement et stimulation de tous les sens, apprentissage de gestesadaptés)…

– L’instructeur de locomotion évalue les besoins du jeune dans le cadre d’un bilan afin de permettre aux personnes déficientes visuelles de se déplacer de façon autonome en toute sécurité.

– L’instructeur en informatique adaptée (apprentissage du clavier informatique, logiciel d’agrandissement, synthèse vocale…).

  • Accompagnement éducatif assuré par un éducateur spécialisé dont l’objectif est de mobiliser le jeune et sa famille sur le projet d’intégration tant scolaire que social.
  • Accompagnement social : information sur les droits, aide dans les démarches administratives, conseil… en collaboration avec les autres membres de l’équipe pluridisciplinaire et les services extérieurs.
  • Accompagnement pédagogique assuré par un enseignant mis à disposition par l’Education nationale ; il aide au maintien des enfants dans un cursus scolaire ordinaire en facilitant leur intégration à l’école. Il a un rôle de soutien pédagogique adapté auprès de l’élève, d’information aux équipes pédagogiques, d’interface entre le service et les établissements scolaires.

 

Après un temps de bilans et d’évaluation des besoins du jeune, une proposition d’accompagnement personnalisé est faite à la famille. Cette proposition, après validation, fait l’objet d’un Projet Individualisé d’Accompagnement, projet évalué et réactualisé chaque année lors d’une réunion de synthèse de projet.

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *