Portage en écharpe : un simple effet de mode ?

Par Guillaume Varinot et Dr François-André Allaert le 5 juin 2015

Pratique plutôt à la mode ses 10 dernières années, les mamans sont nombreuses à s’intéresser au portage de leur enfant en écharpe. Inspiré notamment des modes de portage traditionnels du monde, il possède la particularité de libérer les mains du porteur.

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Dany le 25 novembre 2018 à 15:24

    … « de libérer les mains du porteur » ET DE LUI CASER LE DOS !!!!
    Maman de 3 enfants que j’ai tous trois allaités et la dernière jusqu’à ses 18/19 mois, je n’ai jamais pratiqué le portage en écharpe… Et, pour cause, à l’époque la mode « écharpe » avec ses dérives très mercantiles n’avait pas cours !
    Je suis assistante maternelle depuis près de 30 années et je n’ai connu, au cours de ma carrière, qu’un seul enfant porté en écharpe (trèèès souvent et trèèès quotidiennement)… mes collègues, elles, en ont connus plusieurs… l’éducatrice et responsable de Relais d’assmat qui nous encadre, elle, en a connus un certains nombre en crèche collective où jadis elle était éducatrice.
    Il ressort de toutes les expériences que nous avons pu mettre en commun, et cela à l’unanimité, que les enfants portés en écharpe par des parents qui avaient tendance à le pratiquer trèèèès longtemps jusqu’au moment de confier leurs enfants en accueil (crèche ou autre) étaient des enfants qui se trouvaient, alors en accueil, en grande souffrance !
    Souffrance de ne plus être portés en permanence, ou quasiment, par quelqu’un…
    Souffrance de ne pouvoir acceptés (tant qu’ils étaient et sont conditionnés pour être portés, ballottés et bercés) d’être, soit :
    – posés sur le dos ou autres positions sur un tapis d’activités ;
    – installés dans un transat, le temps d’une simple digestion ;
    – assis dans une chaise-haute, le temps d’un repas ;
    – couchés dans un lit d’enfant, pour leur sieste !
    Ses enfants « portage écharpe » ont tellement été portés et fait du « corps à corps » avec leurs parents pendant des mois et des mois qu’ils ne supportent plus d’être – un seul instant – posés !
    Le portage en écharpe, oui, mais à dose très homéopathiques et sans exagération aucune… Comme pour tout, tout est affaire de dosage, afin d’éviter l’addiction totale et difficilement réversible !
    Vous l’aurez compris, je ne suis pas pour le portage en écharpe que je considère, oui bien sûr, tout bonnement comme un effet de grande mode ! Une belle aubaine pour l’industrie du jouet et de la puériculture… Qui, elle, oui doit bien s’en lécher les babines de ce soudain et grandissant engouement pour ce phénomène de mode !
    A noter que certains psychomotriciens tirent la sonnette d’alarme contre la pratique à outrance de ce mode de portage qu’ils considèrent inapproprié pour le bon éveil et développement psychomoteur des enfants… Enfants drapés dans cette écharpe, positionnés en position fœtale (une position qui de par la nature a 9 mois de durée !), non ouverts au monde et à la sociabilisation, tant qu’ils sont cloisonnés tout contre leurs parents… rendus inaptes à développer tout leur potentiel et leurs facultés à bouger, bras, jambes, tronc, tête, etc qui leur permettrait à acquérir tant et tant de progrès S’ILS ÉTAIENT PLUS SOUVENT DÉTACHÉS DE LEURS PARENTS ET « LIVRÉS A EUX MÊMES » TOUT SIMPLEMENT SUR UN TAPIS AU SOL !