Maisons de retraite: une qualité de l’air suspicieuse!

Par Eric Françonnet le 6 avril 2015

Une étude, inédite de par son ampleur, et son centre d’intérêt dans le champ médical, dont les résultats ont été dévoilés très récemment, a été menée conjointement dans 50 maisons de retraite, réparties dans 7 pays européens (Belgique, Danemark, France, Grèce, Italie, Pologne et Suède) et impliquant 600 personnes âgées soumises à des tests variés et un suivi médical renforcé.

Elle met en lumière que le chauffage, les matériaux de construction, le mobilier, les produits d’entretien, ainsi que les systèmes de refroidissement s’invitent de façon délétère dans les voies respiratoires des résidents. Leur impact est notable et notoire sur la qualité altérée de l’air qui circule le plus souvent en circuit fermé dans ces enceintes, autre facteur aggravant de surcroît.

Les substances toxiques inhalées sont nombreuses et d’autant plus perverses de par leur présence en grande quantité : le dioxyde d’azote entraîne inexorablement un essoufflement et une toux. Les particules ultra-fines provoquent des sifflements dans la poitrine et la formaldéhyde engendre des bronchopneumopaties.Cette galerie de galères affectant nos aînés n’est pas à prendre à la légère.

Ainsi, tirant la sonnette d’alarme, pour un réveil des consciences, et pas seulement celles des professionnels de santé, le Docteur Annesi-Maesano, directrice de l’Inserm, qui pilotait cette recherche européenne, a résumé ainsi son ressenti de spécialiste : « Le problème est préoccupant puisque la capacité de l’organisme à traiter les polluants nuisibles de l’air diminue avec l’âge » !

L’espérance de vie s’allongeant, les maisons de retraites verront leur population augmenter. Il y a donc urgence car il serait inadmissible de ne pas réagir ! Des dispositions s’imposent : la mise au ban des éléments et équipements contenant ces polluants, une ventilation plus fréquente et naturelle des résidences, et la mise en place de contrôles médicaux ad hoc chez les occupants.

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *