Les punaises de lit en flagrant délit de recrudescence

Par Eric Françonnet le 10 avril 2019

Les punaises de lit sont des insectes hématophages (c’est-à-dire qui se nourrissent de sang). S’il a été familier de nos aïeux avant la Seconde guerre mondiale, cet insecte a été éradiqué pendant les années 1950, tout en continuant à sévir dans les pays pauvres. Depuis les années 1990, nous assistons cependant à un retour des plus incommodants de ces parasites qui, en dépit d’une taille minuscule, ne manquent pas de piquant. Comment expliquer cette prolifération inquiétante au sein même des pays développés et tout particulièrement dans les grandes métropoles ? Elle affecte, en tous les cas, des habitats variés et propices à leur vampirisme silencieux et nocturne. SI le manque d’hygiène est souvent pointé du doigt, la punaise de lit aime aussi les lieux sains et propres. Deux espèces sont connues pour se nourrir de sang humain lors de repas dont la durée est de cinq à vingt minutes : C. lectularius et C. hemipterus.

L’impact néfaste des piqûres des punaises de lit se manifeste sur le plan dermatologique ainsi que sur le plan allergique. Les piqûres sont localisées sur les parties découvertes du corps pendant la nuit. Elles occasionnent des démangeaisons désagréables mais peuvent aussi dégénérer en urticaire beaucoup plus douloureux. Dire que ces lésions cutanées sont imputables à un parasite de 4 à 7 millimètres de longueur a hélas de quoi nous étonner avec une crainte justifiée ! Cette quasi-invisibilité rend la punaise de lit difficilement détectable même le jour où elle dort repue et habilement cachée. Les voyages (notamment aériens), qui sont de plus en plus fréquents, expliquent son retour fulgurant en Occident. Une simple valise peut être à l’origine de l’infestation d’un hôtel entier (même si elle ne renferme que de rares individus). Il faut dire que la femelle est féconde et pond entre 200 et 500 œufs durant son existence !
Se pose alors la question suivante : comment se débarrasser définitivement de ces hôtes s’ils logent dans votre pré carré intime à savoir la chambre à coucher ? Deux moyens s’offrent à vous et sont complémentaires : la lutte mécanique (par vos soins) et la lutte chimique (par un professionnel). Pour la lutte mécanique, vos cinq alliés seront : l’aspirateur, le nettoyeur à vapeur, la machine à laver (à 60 degrés Celsius), le sèche-linge, et beaucoup plus surprenant mais vraiment efficace, le congélateur (à -20 degrés Celsius). Si l’on songe à la literie en premier lieu (c’est, en effet, le refuge de prédilection de la punaise de lit), c’est toute la maison qui doit être nettoyée impeccablement pour une éradication réussie. La lutte chimique, nécessitant l’intervention d’un spécialiste (pas d’amateurisme qui pourrait s’avérer dangereux), s’effectue en plusieurs fois et s’ensuit de vérifications régulières, avant de savourer une victoire définitive !

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *