Les allergiques célèbres

Par Eric Françonnet le 4 avril 2011

Plusieurs personnages ayant marqué l’histoire souffraient tout comme l’individu lambda d’allergies diverses. Célébrité acquise dès la naissance (ou de « droit divin ») ou conquise en ayant fait ses preuves ne rime ainsi pas nécessairement avec immunité à toute épreuve.

Voici certains des allergiques les plus notables en remontant le fil du temps :


Les réactions allergiques fatales sont reconnues depuis 4500 avant J.-C. Le pharaon Ménès d’Égypte (4ème siècle avant J.-C.) aurait ainsi succombé à une piqûre d’insecte (certaines sources évoquent un frelon). On parle de nos jours de choc anaphylactique.



Britannicus (41 à 55 après J.-C.), fils de l’empereur romain Claude, est le second allergique connu de l’histoire. Il ne pouvait monter à cheval sans présenter tous les signes d’une réaction anaphylactique (hypersensibilité immédiate à un allergène) aux squames de chevaux.



Richard III (roi d’Angleterre de 1483 à 1485 après J.-C.) est le troisième allergique connu pour ses réactions cutanées immédiates (urticaire) consécutives à  l’ingestion de fraises. C’est ainsi qu’il put se débarrasser de certains de ses ennemis en les invitant à un repas où il se faisait servir des fraises, puis en prétextant qu’ils avaient voulu le tuer avec ces fraises prétendument empoisonnées.




L’asthme a affecté Marcel Proust (1871-1922). Sa première crise survient à l’âge de 9 ans. Son frère cadet, le docteur Robert Proust la décrit ainsi : “C’est à l’âge de neuf ans, en rentrant d’une longue promenade au bois de Boulogne que nous avions faite avec nos amis D…, que Marcel fut pris d’une effroyable crise de suffocation qui faillit l’emporter devant mon père terrifié, et de ce jour date cette vie épouvantable au-dessus de laquelle planait constamment la menace de crises semblables” (Marcel Proust intime).




Plus proche de nous, Serena Williams, joueuse de tennis auréolée de titres, est allergique aux arachides. C’est l’une des allergies alimentaires les plus courantes dans le monde. Cela signifie que la consommation de tout aliment contenant des traces d’arachide lui est interdite sous peine d’apparition de symptômes tels que l’eczéma.


Nous sommes loin de quelques cas isolés aujourd’hui puisque les allergies affectent une personne sur trois et ce chiffre sera peut-être de une sur deux dans les dix ans à venir.

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *