L’assurance connectée: vers toujours plus d’inégalités?

Par Guillaume Varinot le 6 novembre 2015

Axa, le célèbre assureur, s’est associé il y a quelques mois à Withings, le fabricant français d’objets connectés, pour lancer une nouvelle offre conjointe d’assurance. Un premier pas, qui n’est pas des moindre, vers la convergence de ces objets connectés et de l’assurance…

En juin dernier, les milles premiers clients d’une nouvelle complémentaire santé connectée d’Axa, recevaient gratuitement un capteur de mouvements Withings. Durant le premier mois, des chèques cadeaux étaient aussi à gagner en fonction du nombre de pas effectué par jour. Ces données, directement collectées par l’assureur, volontairement transmises par l’assuré, permettaient de définir le montant des chèques cadeaux. Une belle innovation, ludique et interactive pour l’assuré. Pour Axa et Withings, c’était surtout une phase de test grandeur nature.

Nous pouvons déjà imaginer que cette première simulation servira dans un futur proche à aménager les tarifs d’assurance santé selon l’activité physique d’une personne (oui, car le sport c’est bon pour la santé…). Les sportifs s’écrieront à la bonne idée. Et pour ceux qui n’ont pas le temps d’avoir une activité physique? Qui ne peuvent en faire? Essayons de voir légèrement plus loin: aujourd’hui, le nombre de pas ; demain, vos habitudes alimentaires? Trop de sucre, trop de cholestérol … Et vous êtes fumeur ? Oui … « il y a aussi une application pour ça ».

Et si nous sortions du domaine de la santé … Ces GPS connectés, qui enregistrent l’emplacement des radars mais aussi votre vitesse. « Vous roulez en moyenne assez vite. La vitesse est l’une des causes principales d’accidents. Nous allons adapter votre assurance automobile en conséquence. » N’oubliez pas, d’ici à 2020, c’est 80 milliards d’objets connectés qui seront utilisés sur notre planète. Votre santé ne sera plus la seule concernée…

Ces objets connectés vont révolutionner notre monde. Il y a les pour et les contre. Les « pro » et les « anti ». Mais attention, outre le problème de la sécurisation des données personnelles, c’est tout notre système de santé et de solidarité qui peut être mis en péril. Ceux qui pourront s’offrir ces objets connectés, et souscrire à une complémentaire santé, pourront bénéficier de tarifs avantageux. Les autres seront laissé de côté : un cercle vertueux pour certains, vicieux pour d’autres. Aujourd’hui la santé, demain, c’est toute notre vie qui sera connectée.

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *