Qui était Georges-François LECLERC ?

Par Christian Guillermet le 4 octobre 2012

Ecouter l’article : (article sonore)

Georges-François LECLERC
(1876-1947)

Un médecin soucieux de la santé des pauvres

Bourguignon de naissance et Dijonnais d’adoption, Georges-François Leclerc devient Professeur de Clinique chirurgicale au début des années 20 à l’Ecole de médecine de Dijon qu’il dirige d’ailleurs de 1924 à 1945. Très tôt, il constate avec une réelle tristesse que, d’une part, le cancer se répand et que, d’autre part, la prise en charge thérapeutique de cette maladie est largement insuffisante. Dès 1921, il fonde la Ligue bourguignonne contre le cancer à laquelle il assigne des objectifs à la fois ambitieux et généreux. Certes, Georges-François Leclerc organise et stimule la recherche scientifique sur le cancer, mais aussi, et peut-être surtout, il met sur pied un centre de traitement du cancer avec le souci d’apporter aux indigents tout le secours de la science du moment. Par exemple, le Centre disposait dès cette époque d’un service de radiothérapie, avec réserve de radium, où les pauvres pouvaient être soignés aussi bien que les riches.

Un Georges-François Leclerc en cache un autre

Etrange homonymie, puisque Georges-François Leclerc, c’est aussi le nom d’un énarque dont la carrière se déroule essentiellement dans les  ministère de la République. Et cet autre Georges-François Leclerc a lui aussi un pied dans la santé publique puisqu’il a été Directeur de cabinet de Madame Bachelot, ex-ministre de la santé, etDirecteur de cabinet de Claude Guéant, sous le règne de Sarkosy.

[version parlée de cet article : voix , enregistrement, montage : Christian Guillermet]

Christian Guillermet

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Georges-Francois Leclerc le 18 octobre 2010 à 17:26

    Je ne suis pas flamboyant, je ne fais pas carrière cache par les ors des ministères parisiens, je suis effectivement énarque et je suis l’arrière petit-fils du médecin dont il est question.

  • Christian Guillermet le 23 mars 2011 à 11:13

    Bonjour !

    Merci de votre commentaire et des précisions apportées. Votre message s’affichera au bas de l’article et rectifiera donc. Si, un jour, vous devenez flamboyant, faites-le moi savoir ! Chr.

  • Leclerc le 14 avril 2012 à 22:12

    Je vous le promet.