Un généraliste à l’ancienne…

Par Maxime ROSSIGNOL le 4 septembre 2010

Le Docteur RENON est médecin généraliste à Aignay-Le-Duc et il répond aux questions de Dijon Santé. Plus que jamais en milieu rural où la fragilité de la population est patente, le médecin doit d’abord écouter, examiner, ausculter bien davantage qu’il doit prescrire. Certes, la population du village a été divisée par deux, mais le Docteur Renon n’a pas vu baisser son activité pour autant. Pourquoi ? Parce qu’il est un des très rares généralistes à parcourir 100 000 kilomètres en voiture par an pour soigner ses patients. Une vie au service des autres qui lui a peut-être coûté un divorce. En outre, le Docteur Renon n’envisage pas de partir en retraite. Ecoutez pourquoi…

L’équipe de Dijon Santé a aussi interviewée les habitants de Aignay-Le-Duc, quelle est la réalité sur le terrain, s’agissant de l’accès aux soins à la campagne ? Là aussi, les avis sont partagés, mais le jugement global n’est pas aussi négatif qu’on aurait pu le craindre. Proximité, connaissance du patient, confiance, compréhension,… voilà ce que pense les habitant de leur relation avec leur médecin. A vous cependant de vous faire une idée en écoutant notre micro-trottoir… : voir le reportage


Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • YVRAY Robert le 5 septembre 2010 à 6:46

    Ce témoignage d’un professionnel dont la première des préoccupations est : « Le Patient » rassure et conforte les responsables et animateurs d’associations de santé, comme toutes celles membres du Collectif Interassociatif sur la santé.
    Heureusement, nous en rencontrons beaucoup qui nous réconcilie avec le système de santé ou d’autres pros n’ont pas les mêmes motivations.
    Donc, à tous ceux qui ont des problèmes de santé: Un message: apportez votre soutien à l’association qui oeuvre pour défendre vos droits et vous soutient quotidiennement. Il en existe toujours pour toutes les pathologies et les bénévoles qui y travaille seront toujours présents