La campagne : un désert médical et chirurgical ?

Par Dr François-André Allaert le 8 janvier 2010

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Marie Do le 14 janvier 2010 à 13:44

    Excellent reportage sur la désertification des services de santé en milieu rural. Ala clé une augmentation de la dépense « carbone »quand il s’agira de traverser le département systématiquement, pour aller se faire soigner. Ne parlons pas du trou de la sécu quand il faudra rembourser les moyens de transport sanitaires…

  • cella simon le 28 janvier 2010 à 20:42

    l’analyse d’hubert brigand est sans commentaire il a tout dit en
    peu de temps c’est dommage que l’hopital de chatillon est en train de mourir lentement …..bon courage hubert.

  • Bourzac le 7 février 2010 à 16:31

    Pauvre monsieur BRIGAND….
    Mais qui a voté pour la fermeture du centre hospitalier de Châtillon???? LUI!
    Peut-être pensait-il à ce moment qu’il n’en aurait pas besoin…

  • tartanpion le 11 février 2010 à 18:30

    Bourzac, depuis quand un élu local, a t’il le pouvoir de fermer un hopital??? Cela n’a jamais été le cas, puisque cette décision revient à l’état.. Si les élus locaux avaient ce pouvoir, bien évidemment aucun hopital rural ne disparaiterait!.. il est bon de ne pas véhiculer de fausse information..

  • Bourzac le 13 février 2010 à 21:00

    Merci, monsieur Tartanpion, pour votre leçon d’education civique…
    Evidemmemt qu’un elu local n’a pas ce pouvoir. Mais je sais qu’il ne s’y est pas oppose, ou bien mollement, pour ne pas contrarier les chefs de son parti, alors, pour moi, c’est tout comme.

  • tartanpion le 15 février 2010 à 11:11

    lol, il a été le premier à manifester, alors même que le député de la circonscription et d’autres élus de gauche était absent..