Soignez vous au cassis !

Par François PILLON le 3 octobre 2010

La culture du cassis en Côte d’Or est d’abord complémentaire de la vigne car il s’agit souvent du travail de la femme du vigneron. Les cassissiers, qui sont des arbustes de 1,5 m de haut, forment des haies en bordure des vignobles. Utilisé pour préparer la liqueur de cassis, en confiserie et en pâtisserie, il est aussi employé pour ses propriétés médicinales.

En thérapeutique, les feuilles et les bourgeons sont utilisés.
-Les feuilles exercent une activité anti-inflammatoire et anti-arthritique. Les composants qu’elles contiennent empêchent la production de médiateurs de l’inflammation comme les prostaglandines.


En clinique, les feuilles sont indiquées :
-Dans le traitement symptomatique des douleurs articulaires mineures au niveau des doigts, du poignet, du coude et des chevilles
-Comme diurétique pour faciliter l’élimination urinaire
-Pour favoriser le retour veineux dans l’insuffisance veineuse : action vitaminique P permettant de diminuer la perméabilité capillaire et de renforcer la résistance capillaire
-Parfois comme anti-allergique dans la sphère ORL


Elles sont utilisées en tisane, en extrait fluide et en extrait glycériné essentiellement.

Elles peuvent être utilisées en association avec la Reine des prés, la Prêle ou l’Harpagophytum.
-Les bourgeons de cassis sont utilisés en macérat glycériné. Ils ont une forte activité anti-inflammatoire (supérieure aux feuilles) dite cortisone like, équivalente à 1/3 de celle de la cortisone. Ainsi, ils sont utilisés comme anti-arthritique et anti-allergique.


Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *