Attention aux dérives sectaires en médecine

Par Dr François-André Allaert le 14 février 2016

Face au désespoir que peut susciter le cancer ou toute autre maladie effrayante menaçant leur pronostic vital ou leur autonomie, beaucoup de personnes ont la tentation d’essayer de trouver dans des médecines alternatives un espoir supplémentaire.

Je ne suis pas choqué de cette démarche, et je suis même enclin à considérer que dans la mesure où ces thérapeutiques alternatives n’interfèrent pas avec les traitements dont l’efficacité est reconnue : pourquoi pas ? En particulier je pense à tout ce qui est acupuncture, homéopathie etc.… L’espoir est également un facteur de guérison. Ce qui est par contre inacceptable est que des individus exploitent ce sentiment d’angoisse pour tirer profit des malades en leur faisant des promesses injustifiées voire même en les entrainant dans des dérives de type sectaire. C’est le cri d’alarme que pousse le président de la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires qui stigmatise le fait que les sectes utilisent désormais la santé pour attirer leurs futurs adeptes. Selon le comité, « sur les 2500 à 3000 signalements qui lui sont portés chaque année, 40% concernent le domaine de la santé, une proportion qui a doublé en trois ans ». Ce phénomène est d’autant plus dangereux qu’il y a aujourd’hui de l’ordre de 10 à 15 millions de personnes qui seraient atteintes d’une affection de longue durée. Une cible d’une taille considérable qui pourrait susciter bien des vocations. Peut-être aussi aux médecins à mettre en garde leurs patients vis-à-vis de ces pratiques !

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Térouinard le 15 février 2016 à 22:55

    Pour « exploiter » plus les individus, malades, que les laboratoires pharmaceutiques, avec la complicité (conscience ou inconscience) de la médecine « officielle », il faut … « se lever tôt » !!
    A quand une médecine (officielle) « centrée », uniquement, sur l’intérêt du malade ?