Exclue de l’école des greffes pour anorexie

Par Dr François-André Allaert le 21 mai 2015

C’est dans des circonstances plutôt particulières que Delphine Mattin s’est vu être exclue de l’école des greffes de Dijon en 2014.

Cette jeune femme de 22 ans, originaire du Territoire de Belfort, souffrait au moment de son entrée dans l’établissement d’état d’une anorexie aiguë suite à un drame familial. « Je me nourrissais très peu […] Je me voyais dans la glace, si maigre, mais je ne me rendais pas compte de la gravité de mon état de santé. C’était normal pour moi de me priver, d’avoir faim en permanence. J’avais sans doute peur de grandir, peur de l’avenir «  confie-t-elle  à nos confrères du Bien Public.

A cette époque, Delphine ne pèse que 27kg pour 1,61m. « C’est vrai que c’était impressionnant », avoue-t-elle. « J’avais une sonde sur moi, qui m’administrait des nutriments. Mais j’étais tellement heureuse d’avoir réussi ce concours. C’était le début d’une nouvelle vie. J’étais motivée, je commençais à reprendre un peu de poids. Pour moi, c’était le début de la guérison. »

Mais l’école ne voit pas les choses de la même manière et ordonne une visite médicale. Plus tard, elle reçoit en plein cours une convocation dans les bureaux de la direction.  « Ils m’ont expliqué qu’ils ne pouvaient pas me garder. Il fallait que je parte tout de suite. Ils sont allés chercher mes affaires dans ma chambre, qu’ils ont mise dans des sacs poubelles. Et comme je n’avais pas de moyen de locomotion, ils m’ont ramenée jusque chez mes parents, comme une pestiférée. J’étais effondrée, ma mère était en pleurs… » Dans les semaines qui ont suivi, l’état de Delphine empire et son moral est au plus bas.

Mais aujourd’hui, tout cela est derrière elle. Delphine a repris du poids, des études de droit à Besançon, mais n’envisage plus d’aller dans la fonction publique.  « J’ai repassé le concours des greffes […] Mais même si je l’ai, je n’irai pas. Je leur en veux trop. »

Cette situation prouve une fois de plus les difficultés de l’insertion des personnes présentant des altérations de santé dans des structures dont le responsable portera par ailleurs une responsabilité si leur état se dégrade ou si cette altération de leur état de santé est susceptible de porter atteinte à d’autres élèves; ce dernier cas n’étant guère envisageable pour l’anorexie…

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *