Soutenons nos pharmaciens !

Par Dr François-André Allaert le 5 octobre 2014

Les pharmaciens font traditionnellement figures de « nantis » quand on ne leur colle pas l’étiquette « d’épiciers ». Ce n’est ni juste ni acceptable. Certes, certains gagnent très honorablement leur vie, mais d’autres beaucoup moins, surtout ces dernières années et chaque semaine des pharmacies déposent le bilan en France.

Celles qui souffrent le plus sont bien sûr les plus petites installées dans des quartiers populaires ou dans des villages un peu isolés et en voie de désertification. Ce sont celles qui face à la chute du nombre de médecins, assurent vos soins quotidiens par leurs conseils et leur disponibilité souvent 12h par jour ! Ne les trahissez pas en achetant vos médicaments ailleurs qu’à côté de chez vous et combattez cette idée que les médicaments puissent se vendre en grande surface. Sinon, un jour, vous découvrirez que votre pharmacie de quartier ou de village a fermé et qu’il n’y a plus personne pour vous porter assistance. Vous trouverez alors cela anormal comme beaucoup de personnes trouvent anormal qu’il n’y ait plus d’épicier ou de boulanger mais il sera trop tard et les responsables seront vous.

En plus, Leclerc ne vous fera même pas une remise pour vous remercier de l’avoir enrichi, car ce n’est pas par philanthropie qu’il combat la pharmacie…

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • le douaron le 9 octobre 2014 à 11:59

    comment vouloir soutenir les pharmaciens ? ils n’ont pas réagit quand l’usager à été imposé de 50 cts ou 1 euros sur les soins et médicaments. pour beaucoup d’entre eux, ils ne donnent pas les boîtes de médicament conditionnés en 90 unités pour les ordonnances à 3 ou dix mois. ils ont été complices avec la sécurité sociale pour délivrer les génériques et ont appliqué le retour à la feuille de soin pour les usagers qui exigeait la marque. enfin les prix sur les produits non remboursés sont exagérément cher d’une officine à l’autre. alors non à la délivrance du médicament « qui soigne » dans les supers marchés mais oui pour les produits perlin pinpin sachant que ce sera au consommateur de faire attention mais après tout c’est sa responsabilité qui sera en jeu et non le distributeur car lui, c’est quelque part comme pour les pharmaciens, le chiffre qui compte et si ça peu bénéficier aux consommateurs…

  • dekkil le 13 octobre 2014 à 7:48

    Tout à fait vrai!
    Bientôt, nos caddies de grande surface seront remplit de dolipranes mélangés aux chaussettes, avec des jus de fruits,du dernier single à la mode, bref!!!!!!!!!!

    Et en plus, ce seront les mêmes vendeurs si encore il y a du personnel!!!!
    Puisque maintenant, on le constate , il n’y a pas de vendeurs dans les grandes surfaces, , il n’ y a personne!!!!!!!!!!!! A part les clients et les caisses automatiques pour payer en CB!!!!!!