Mort en sursis

Par Dr François-André Allaert le 29 juin 2014

L’information est parfois curieuse et si on écoute les commentaires relatifs à  l’euthanasie de ce monsieur dont les parents veulent la survie à tout prix, on a le sentiment que les instances européennes sont allées à l’encontre du Conseil Constitutionnel français.

La vérité est toute différente. Les instances européennes ont simplement décalé leur décision pour apprécier et juger les faits. Il ne s’agit donc pas d’un rejet de la décision française mais de sa mise en suspens en attendant la fin de leur instruction du dossier. Il y a d’ailleurs fort à penser que les instances européennes n’iront pas à l’encontre des décisions du Conseil Constitutionnel qui n’est pas du genre à rendre à la légère une décision sur un sujet aussi important. Cette contestation de la décision du Conseil Constitutionnel est cependant importante car – et personnellement je l’espère – si l’avis des instances européennes vient confirmer la décision du Conseil Constitutionnel, toutes les voies de recours seront enfin épuisées et la décision fera jurisprudence de manière formelle avec une force pratiquement équivalente à celle d’une loi.

En tous cas, un revirement de la  jurisprudence ne sera guère à craindre. C’est je crois le sens de l’histoire.

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • le douaron le 3 juillet 2014 à 10:25

    je ne comprends rien à ce qui a été écrit dans ce dossier. je n’ai pas fais assez d’étude. Pour ce qui est de la fin de vie, mon avis : (si peut qu’il intéresse)
    lorsque l’on est dans l’état de Monsieur H…affaire en cours. Que veulent les parents ? au nom de qui peuvent ils s’octroyer le droit à demander de ne pas arrêter les soins qui sont devenus depuis longtemps maintenant inutile.
    ces parents au nom de quel dieu s’investirent ils pour demander à ce que soit poursuivie cette hérésie de maintenir leur fils en vie ?
    En général, beaucoup de médecin l’admettent mais continuent à écouter la justice et les demandeurs du soit disant droit à la vie. non, l’acharnement thérapeutique n’est pas un soin, c’est une torture pour le patient (quoique..il semblerait que nous ne ressentions plus rien au stade de mr H…) Laissez le donc en paix comme le demande légitimement sont épouse comme vous devez laisser « partir » tous les malades en fin de vie ; vous savez très bien qu’à un certain stade, il n’y a plus de retour possible. Voyez le coureur automobile célèbre, retrouvera t il toutes ses facultés à l’issue de son coma ? ce sera également un « cas » à suivre