La pilule du lendemain prescrite à l’avance ?

Par Dr François-André Allaert le 12 mai 2013

La pilule du lendemain est un moyen contraceptif utilisé pour éviter une grossesse après un rapport sexuel non ou mal protégé mais il s’agit d’une contraception de rattrapage qui n’est pas efficace à 100% et qui n’est pas destinée à être utilisée de façon régulière en raison d’un risque d’échec plus grand qu’avec les autres contraceptifs. La pilule du lendemain peut être utilisée dans les 3 à 5 jours après le rapport sexuel et son efficacité est d’autant plus grande qu’elle est prise tôt.

L’accès à la pilule du lendemain se fait directement à la pharmacie dans 90% des cas sans prescription médicale, et elle est délivrée gratuitement par les infirmières scolaires et par les services de médecine préventive.  En 2010, 1,3 millions de contraception du lendemain ont été utilisées en France. Le danger est qu’elle soit de plus en plus utilisée comme un moyen de contraception habituel par les jeunes femmes dont les rapports ne sont qu’épisodiques  et ce notamment par craintes des effets secondaires des contraceptions qu’ont suscité les polémiques sur les pilules de type 3 ou 4.

La Haute Autorité de Santé semble  s’engager sur la voie d’une information accrue en sa  faveur et bien quelle ne préconise pas sa prescription systématique, elle admet le principe de sa prescription à l’avance aux femmes ayant des difficultés financières, des difficultés d’accès à une pharmacie ou à celles qui voyagent à l’étranger en utilisant des méthodes contraceptives peu efficaces comme le préservatif. Sur ce dernier point je m’interroge car il ne faudrait pas pour autant abandonner le préservatif car le risque d’un rapport sexuel n’est pas seulement la grossesse mais le Sida, les hépatites, la syphilis….

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *