Actualité : No Comment !

Par Maxime ROSSIGNOL le 4 janvier 2011

Témoignage d’une personne insatisfaite de ses soins esthétiques.

Dijon-Sante.fr, au travers d’un représentant du CISS Bourgogne, a bien entendu exposé ses droits à cette personne.


Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • PILLON François le 8 janvier 2011 à 0:27

    L’écoute de cette dame est sans aucun doute boulversante mais il convient d’apporter un point de précision à la décharge du médecin.

    Actuellement, les médecins compétents en médecine esthétique ont validé le DIU de médecine morphologique et anti-âge (diplôme reconnu par l’ordre des médecins)ou la formation du collège internationale de médecine esthétique. Les formations, si elles sont bien organisées sur 3 jours en fin de semaine ont lieu tous les mois sur deux années. De même, les médecins voulant manipuler les lasers médicaux se forment par des formations universitaires.
    Les compétences du médecin ne sont donc certainement pas à mettre en cause.

    Il convient de prendre de la distance de ce témoignage afin de garder une objectivité. En effet, il n’est le fruit que d’interprétations personnelles et n’apporte aucune preuve réelle et caractérisée:
    – cette femme a-t-elle demandée son dossier médical….gratuité des soins ne veut pas dire absence de dossier médical
    – comment croire à l’absence de suivi médical quand cette patiente voit tous les jours le médecin

  • LECOMTE Yann le 9 janvier 2011 à 12:05

    Monsieur Pillon,

    Cet article ne remet pas en cause le fait que les médecins bénéficient d’une formation adéquate, mais que ce soit en esthétique ou en pathologies générales, force est de constater que tous n’arrivent pas avec les mêmes qualités, et qu’en esthétique en particulier, certaines « promesses » sont au delà de leurs capacités techniques en l’état actuel de la science et surtout de l’expérience technique du médecin.
    Cet article nous parait surtout souligner la nécessité d’un apprentissage duement encadré en situation de chirurgie et d’une expérience aussi sur une pratique régulière, ainsi que le préconisent les autorités sanitaires pour toute activité chirurgicale.

    Pour information, la personne a bien demandé sont dossier médical qu’elle a obtenu

    Yann Lecomte

  • PILLON François le 9 janvier 2011 à 12:58

    Tout à fait Monsieur Lecomte.

    Je pense qu’une instruction sera ouverte visant à qualifier l’imputabilité des thérapeutiques esthétiques au trouble de cette femme…et de déterminer dans un second temps s’il y a eu faute ou non, ou aléa thérapeutique.
    En tout état de cause, le médecin présentera son contradictoire….et la justice tranchera.
    C’était la portée du message: toujours écouter les différentes parties avant de de faire une opinion.

  • Rouget Alexandre le 9 janvier 2011 à 15:54

    Très belle conclusion!
    Il faudrait le témoignage du médecin aussi!

  • Garnaud-Dessendre Annie AFTC Bourgogne le 9 janvier 2011 à 21:11

    ça fait très peur, en plus , de voir l’emprise que peuvent avoir certains employeurs peu scrupuleux sur leurs employées et jusqu’où ils peuvent les conduire. Alors comment voulez vous en temps que consultant ne pas vous faire piéger avec de tel pseudo- médecin en chirurgie esthétique? Merci à vous qui dénoncez et mettez en garde contre de tels agissements .
    Courage à cette dame pour les suites à donner pour « réparer » si c’est encore possible tout le mal physique et psychique que cet homme dit médecin-esthétique lui a fait subir.

  • sophie Fluchot le 9 janvier 2011 à 21:24

    Comment des gens peuvent ils avoir aussi peu de conscience que ça ? … et en plus, se servir de sa position d’employeur pour transformer un salarié en cobaye, en souris de laboratoire !
    … et écoeurant ! De toute coeur avec cette personne accidentée de la vie, écorchée dans son être …
    Je comprends bien votre position à défendre les médecins, mais surtout, ne prenez pas ce reportage pour une attaque en général des médecins, ni même de certains d’entre eux, mais bel et bien le récit de ce à quoi la médecine sans conscience …
    Il ne faut surtout pas couvrir de tels agissements car c’est toute la profession qui serait alors éclaboussée et discréditée.

    Ce qui est très important, je pense, c’est de prendre conscience de la portée des actes médicaux … Les patients sont des êtres humains qu’un erreur médicale peut moralement totalement anéantir.

  • Julien Abric le 9 janvier 2011 à 23:28

    J’ai également vu le reportage cet après-midi et je vais témoigner devant le nombre de messages.
    J’ai été victime d’un accident médical il y a 2 ans lors d’une opération pourtant anodine.J’ai actuellement des séquelles mais ce n’est pour autant que j’en veux au médecin. Tous les actes médicaux peuvent avoir des effets néfastes. Cette dame le savait très bien…
    Cette dame met tout sur le dos du médecin, ce n’est pas bien.

  • Paul Ledain le 10 janvier 2011 à 15:45

    Monsieur Pillon, le témoignage de cette femme est effectivement bouleversant, et je ne crois pas que cela a été facile pour elle de se prêter à cet interview (il faut déjà avoir du courage)
    Je pense que son intention était de dénoncer certaines pratiques, et de mettre en garde les personnes sur les capacités réelles de ces médecins, et de ne pas seulement se fier aux belles paroles et promesses, mais de privilégier les dermatologues et les chirurgiens esthétiques.
    Je comprends très bien que vous défendez votre corporation, mais celle-ci ne lui donne pas le droit de faire n’importe quoi.
    A cet égard, on peut regretter que le ministère de la santé n’exerce pas un controle plus strict sur cette activité particulièrement lucrative,de ce fait, on comprend facilement que de plus en plus de médecin généraliste s’orientent sur cette pratique.

  • Paul Ledain le 10 janvier 2011 à 22:37

    A l’attention de M.Julien Abric

    Sivous avez actuellement des séquelles suite à une intervention médicale et que vous vous en contentez, c’est votre affaire, mais ne demandez pas aux autres de réagir comme vous.
    Enfin, je trouve vraiment étonnant que vous puissiez banaliser ainsi la faute professionnelle,il me semble en effet que c’est de cela qu’il s’agit.

  • julien abric le 11 janvier 2011 à 15:48

    Ayez un peu de tolérance cher monsieur!
    Faites preuve de modération

  • françois pillon le 11 janvier 2011 à 22:10

    Monsieur Ledain,

    Pour revenir sur mon message:
    Mon message ne vise pas à défendre la « corporation médicale », mais à apporter quelques précisions.
    D’un principe général,toutes les situations conflictuelles aboutissent à une non-objectivité de la part des parties. Il ne fait aucun doute que cette femme a eu des effets néfastes de thérapeutique de médecine esthétique. Mais seules les juridictions compétentes (et le dernier jugement)pourront établir les liens de causalité et en tirer les conséquences.
    L’apport de la preuve n’est pas simple…et il n’est pas rare de voir ce genre de dossier en cour de cassation soit 5-6 ans de procédure sans être sur du résultat.
    Il y aura des éléments à charge et à décharge du médecin.

    Cordialement,
    FP

  • Paul Ledain le 12 janvier 2011 à 13:15

    M.Pillon
    Je suis désolé de vous répondre d’une manière aussi franche : Qui vous parle de procédures judiciaires ? De tous les témoignages vous êtes le seul à dispenser des conseils juridiques à tour de bras.
    Connaissez-vous au moins les intentions de cette femme ? NON.
    Moi je suis de l’avis de Mme Mme Garnaud- Dessendre Annie.
    Je pense raisonnablement que la priorité pour cette femme est de chercher avant tout les moyens pour réparer les dégâts physiques et psychologiques qu’elle doit endurer journellement.

  • julien abric le 12 janvier 2011 à 14:33

    Monsieur Ledain,

    Je remarque que, comme hier avec moi, vous faites preuve d’agressivité à l’égard de M Pillon.
    Il fait preuve, contrairement à vous, de modération.
    Je suis entièrement d’accord avec le dernier message de M Pillon.
    Tous les actes médicaux peuvent engendrer des nuisances, donc ne les faire que si on en a besoin.
    Pour ma part, j’ai été opéré du genou avec des séquelles post-opératoires…mais qu’aurait-il été si je ne m’étais pas fait opéré?

  • Paul Ledain le 12 janvier 2011 à 17:31

    Monsieur Abric

    Je ne vois pas en quoi j’ai été agressif à l’égard de M. Pillon et vous même, j’ai simplement précisé à ce Monsieur que ses conseils juridiques me paraissaient hors sujet par rapport au témoignage de souffrance de cette personne.
    Par ailleurs je ne vois pas en quoi mes propos soient immodérés.
    Il vrai que le sens de mon témoignage est différent des vôtres,visiblement nous ne sommes pas sur la  » même longueur d’ondes » d’où l’intérêt de ce forum où chacun peut s’exprimer en toute conscience, toutefois avec le risque parfois de froisser certaines susceptibilités.
    Mais comme je l’ai déjà dit, ce qui m’importe c’est le triste sort de cette femme.
    Au lieu de poursuivre un monologue stérile , j’encourage donc d’autres victimes de la « médecine esthétiques » à témoigner par le biais de ce forum.