Le pharmacien plébiscité par les patients

Par Dr François-André Allaert le 8 avril 2018

Le pharmacien plébiscité par les patients

Selon une étude réalisée par Avenir Pharmacie, le pharmacien est aujourd’hui perçu comme le premier interlocuteur de santé, considéré comme le plus facilement accessible par près des deux tiers des patients (63%) loin devant le médecin (33%) et l’infirmier (4%). 88% des patients lui font confiance pour leur donner des conseils appropriés en cas de nécessité ou d’urgence et des proportions similaires sont favorables à ce que lui soient attribués des fonctions nouvelles telles que la délivrance en cas d’urgence de médicaments sur prescription. Les patients sont également favorables aux évolutions de la profession déjà en place ou en expérimentation : 69% jugent utile que leur pharmacien gère leur calendrier vaccinal et 2 sur 3 sont favorables à ce que la vaccination contre la grippe puisse être faite à l’officine. Enfin, près des trois quarts des patients seraient également favorables à des actions de dépistage en pharmacie sur le cholestérol, les carences en fer, le diabète, le VIH… Plus encore, la moitié d’entre eux serait prête à payer 15 euros si le dépistage était réalisé en moins de 30 min. Par ailleurs, selon ce sondage, les pharmaciens vont se réjouir d’une grande nouvelle : les trois quarts des patients les considèrent désormais comme un professionnel de santé et seulement 25% comme avant tout un commerçant !

 

Docteur Bien Public

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • le douaron le 9 avril 2018 à 14:05

    bonjour,
    c’est évident qu’un pharmacien est commerçant avant tout. il vend des médicaments, ça ne sont pas eux qui soignent. lorsque l’on se risque à leur demander des traitements sans ordonnance, ils ne manquent pas de nous « prescrire » des soi disant traitement « efficaces » et CHERS. le paramédical et la poudre de perlin pinpin est leur fond de commerce. pourquoi les prix libres dans les pharmacies varient du simple au parfois double ? le pharmacien est diplômé médical mais c’est un commerçant avant tout. d’ailleurs, la santé en générale n’est elle pas un vaste commerce au profit du capital au détriment des dépenses de santé ? depuis 2015, les officines perçoivent des H D (honoraire de dépensation) par boites distribuées, n’est pas encore une possibilité au pharmacien de donner des boites de 30 alors que pour certain médicament, le conditionnement existe en 90 (3 x 1,02=3,06) au lieu d’une fois 2,76 le tout remboursé par la sécurité sociale. ces HD étant un salaire supplémentaire versé pour distribuer les génériques à la place du précepte. s’ils font les vaccins, ne seront ils pas rétribués ? donc ils sont commerçants libéraux avant tout. le transfert de compétence n’a pour but que palier au manque de médecin à venir mais a qui la faute ? aux gouvernements successifs qui cassent le service public de la santé en amoindrissant l’accès des étudiants en médecine.