Le dépistage du cancer du col de l’utérus

Par Dr François-André Allaert le 7 janvier 2018

Le dépistage du cancer du col de l’utérus est impératif

Aujourd’hui encore, de l’ordre de 40% des femmes ne bénéficient pas de frottis vaginaux permettant le dépistage du cancer du col de l’utérus.
C’est une catastrophe lorsque l’on voit que chaque année 3000 cas sont diagnostiqués et que 1000 femmes en meurent alors que pris à temps, au stade précoce, c’est un cancer qui peut être guérit dans la grande majorité des cas. Face à cette situation, les autorités de santé vont lancer une vaste campagne en faveur du dépistage en utilisant notamment les fichiers de l’assurance maladie et les femmes qui ne font pas d’examens régulier recevront bientôt un courrier les invitant à se rendre en consultation pour se faire faire un frottis vaginal. Par ailleurs, rappelons qu’une grande partie de ces cancers qui sont dus à des infections par des virus de la famille des papillomavirus peuvent être évités par une vaccination précoce, à l’adolescence de préférence avant le premier rapport sexuel. Mais à l’inverse, cette vaccination ne prévient pas la survenue de tous les cancers du col et le suivi régulier par des frottis reste une nécessité même chez les personnes vaccinées. Il faut obtenir dans la prévention du cancer de l’utérus le même niveau de sensibilisation que pour le cancer du sein. En cette période où l’on prend de bonnes résolutions, j’invite les femmes concernées, à se rendre chez un gynécologue ou une sage-femme sans même attendre le courrier !

Docteur Bien Public

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *