Les médecins dans le collimateur de la cour des comptes

Par Dr François-André Allaert le 3 décembre 2017

Les médecins dans le collimateur de la cour des comptes

La cour des comptes considère que les dépassements d’honoraires des médecins sont trop importants et propose de leur porter un coup d’arrêt en incluant dans la loi des règles de plafonnement entrainant en cas de non-respect de ces règles, l’exclusion du conventionnement du médecin.
Cette mesure est drastique car elle fait que le patient ne serait plus alors remboursé que de l’ordre de 0,60 euros à 1,20 euros pour la consultation, ce qui est très lourd à supporter pour lui, et fera perdre au médecin une grande partie de sa patientèle… Paradoxalement c’est l’assurance maladie qui vient au secours des médecins en faisant valoir que pour la première fois depuis 30 ans au contraire l’augmentation des dépassements d’honoraires tend à se stabiliser.
Pas sûr que cette recommandation de la cour des comptes soit reprise dans la loi… Par contre, l’idée d’obliger les jeunes diplômés à s’installer dans des zones de faible densité médicale à plus de chance d’être reprise. Ceci porterait atteinte au principe de la liberté d’installation mais d’autres professions de santé n‘ont pas cette liberté. Une autre piste serait de limiter dans les régions les plus riches en médecins, le nombre de médecins conventionnés, dont les consultations sont remboursées, ce qui pousserait les médecins à s’installer ailleurs. Il est difficile de savoir si ces réformes verront le jour mais cela risque de susciter des discussions animées…

 

Docteur Bien Public

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • le douaron le 22 mars 2018 à 9:45

    les dépassement d’honoraire se stabiliseraient !!! non, ils s’étendent même au secteur 1, oui , ils sont « encadrés » mais qui sont pénalisés par ces agissements honteux de la part des pratiquants DH ? ceux et celles qui ne peuvent se payer « de bonnes mutuelles » (comme ils disent) ces mutuelles d’ailleurs complices avec les gouvernements pour le bien être de ces pratiquants ; pas pour celui du malade. pour ma part, ma mutuelle qui n’a jamais anticipé les coûts de prise en charge de ces DH m’a augmenté ma cotisation au 1er janvier 2018 de 63%. alors, pensez vous que les petits revenus ou petites retraites peuvent continuer à se payer une mutuelle qui leur permette de se soigner décemment.