Des plantes dépolluantes pour des intérieurs plus sains

Par Marie Vollot et Dr François-André Allaert le 5 avril 2016

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’air intérieur de nos maisons, appartements et bureaux est bien plus pollué que l’air extérieur. La cause, entre autres, aux matériaux de construction, produits d’entretien et aérosols qui remplissent nos intérieurs. Colle, peintures, vernis, meubles en bois stratifié, encres, produits ménagers, plastiques, autant de sources de pollutions qui peuvent rendre nos lieux de vies nocifs. Pour améliorer son intérieur, le premier réflexe est d’aérer régulièrement. Autre solution : les plantes vertes! Et oui, de nombreuses plantes ont de vraies qualités dépolluantes, par leur capacité d’absorption des composés chimiques. Alors si en plus d’agrémenter notre intérieur les plantes nous faisait du bien…!

Comment les plantes dépolluent-elles l’air ?

Les plantes transforment les molécules toxiques contenues dans l’air en nutriment ou les stockent en elles. Autrement dit, elles se nourrissent des polluants présents dans l’air. Absorbés par les feuilles, les tiges et le tronc grâce à des stomates* qui régulent la respiration de la plante, ils sont ensuite transformés par des micro-organismes présents dans les racines en nutriment. En retour, la plante « transpire » de la vapeur d’eau et rejette de l’oxygène, ce qui rend l’air plus sain. Plus la plante est grosse plus les échanges gazeux seront important.

kentia - palmier - plante dépolluanteDes qualités dépolluantes différentiées

Le formaldéhyde est un polluant largement présent dans nos intérieurs. Il résulte de l’émanation des panneaux de bois agglomérés, des colles, textiles d’ameublement, papiers peints, mais aussi de certains produits ménagers d’usage courant tels que les laques et vernis à ongles. Pour diminuer sa présence dans votre intérieur placé un Ficus, un Lierre, un Kentia (palmier), un Dracena Gragans ou un Aglanema dans votre séjour.

L’ammoniac est également un polluant courant dans nos appartements. Il provient en grande partie des nettoyants ménagers et de bricolage. L’azalée et le Palmier à Cannes ont une grande capacité d’absorption de ce composé chimique. N’ayant pas besoin de lumière directe ces deux plantes peuvent aisément être installées dans les salles de bains et cuisines. Pour le séjour, le lierre et le ficus agissent également contre l’ammoniac.

Aujourd’hui avec les nouvelles normes de construction qui rendent nos habitations quasi-hermétiques, le niveau d’humidité dans nos intérieurs tend à diminuer. Pourtant, un niveau trop bas peut entraîner des gênes respiratoires et déclencher des problèmes d’asthme et d’irritation de la peau. Là encore les plantes peuvent vous apporter la solution. Parmi celles qui rejettent le plus de vapeur d’eau, on retrouve le Dieffenbachia, le Gerbera et le Pothos. La fougère est également un bon humidificateur d’air naturel, elle permet aussi de lutter contre l’électricité statique.

Des plantes contre les mauvaises odeurs

Pour lutter contre les odeurs du tabac, certaines plantes sont aussi recommandées. En effet, le Lierre, le Sansevière, le Dracaena, l’azalée et le Chlorophytum ont l’avantage de capter les fumées de cigarette. Tout comme le Philodendron qui est, avec le Chrysanthème,  également actif contre les odeurs de peintures.

Vous l’aurez compris rien de tel que de belles plantes pour rendre votre intérieur plus accueillant et plus sain. Ne reste plus qu’à avoir la main verte pour maintenir ces petites (ou grandes) pensionnaires en vie.

* Un stomate est un orifice de petite taille présent dans l’épiderme des organes aériens des végétaux (sur la face inférieure des feuilles le plus souvent). Il permet les échanges gazeux entre la plante et l’air ambiant (dioxygène, dioxyde de carbone, vapeur d’eau…).

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *