Le privé interdit de faire des dépassements et le public autorisé ?

Par Dr François-André Allaert le 21 septembre 2014

Je trouve que parfois notre système de santé marche sur la tête. Régulièrement de nombreuses études ont stigmatisé le volume financier que représente l’activité privée qu’ont les médecins des hôpitaux publics. Selon un récent article du monde cette activité privé leur rapporte quelques 33 000 euros en province et quelques 53 000 euros à Paris en plus de leur salaire de médecins des hôpitaux et ce  pour la seule journée par semaine qu’ils sont autorisés à y consacrer. On est d’accord ou pas avec ce principe mais ceci constitue un de leurs droits et je ne saurai le contester.

Par contre ce que je trouve un peu curieux, c’est que dans le projet de loi sur la santé qui devrait prochainement passer en conseil des ministres, il est prévu que les cliniques souhaitant être reconnues « service public hospitalier »,  agrément nécessaire pour assurer des urgences par exemple, devront interdire les dépassements d’honoraires. Donc en clair, les médecins des hôpitaux publics auront le droit de faire du privé et des dépassements d’honoraires et les médecins des cliniques qui veulent participer au service public hospitalier n’auront plus le droit.

Cette différence est une discrimination notoire qui va sans doute être contestée devant le conseil constitutionnel mais surtout qui risque d’inciter les médecins du privé à refuser que les cliniques où ils travaillent assurent un service public. Dommage car à ma connaissance on a aussi besoin que les urgences soient assurées par des cliniques sauf à dire qu’aujourd’hui on n’attend pas aux urgences de l’hôpital public et que tout s’y passe bien…

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • le douaron le 25 septembre 2014 à 17:44

    vous signalez un point pour lequel je me bat en tant que patient qui ne jure que pour le service public. cette loi effectivement comme vous le soulignez est bizarre sachant que les gouvernements, particulièrement celui ci soit disant social. vous rappelez vous que j’ai contesté des dépassements d’honoraires très élevé (1991 5000 francs, 2009 1000 euros) proposé par un chirurgien cardiaque au chu de dijon. je les ai refusé et été opéré sans soucis. ma contestation, je le rappelle est pour ne pas subir de dépassement d’honoraire en santé publique et ai toujours dit qu’en privé, si un patient veut y aller et payer c’était son problème. là, effectivement si le public est autorisé et pas le privé…ce devient totalement anormal et incompréhensif. soit dit, ça prouve encore que la volonté des gouvernements successifs sont tous unis pour casser le service de santé pourtant, en France, très pointu, sur et efficace. un gouvernement commence à autoriser les DH le suivant (qui les aura contesté pendant qu’ils étaient dans l’opposition) continue et amplifie le démantèlement du service public. c’est ça la démocratie parait il !