La chirurgie ambulatoire comme source d’économie

Par Dr François-André Allaert le 4 mai 2014

Dans le plan d’économie demandé par Mr. Valls à son ministre de la Santé, une des sources d’économie proposée est le développement de la chirurgie ambulatoire c’est à dire d’une chirurgie sans hospitalisation de nuit du patient.

Le patient entre le matin, bénéficie de son intervention chirurgicale et repart dans l’après midi. Cette approche est globalement satisfaisante pour de nombreux patients qui effectivement ne souhaitent pas du tout connaître les joies toutes relatives d’une chambre d’hôpital et préfèrent de loin retourner chez eux. Sur le plan médical, cette absence d’hospitalisation pourrait également contribuer à limiter le risque d’infections nosocomiales c’est à dire d’infections acquises à l’hôpital.

Sur le plan économique, cela soulage l’hôpital de toute l’infrastructure de prise en charge de nuit ce qui réduit ses coûts de fonctionnement. En clair tout le monde y gagne…

La limite est par contre que la personne qui bénéfice de cette chirurgie ambulatoire soit assistée par sa famille ou des proches. Il ne s’agit pas non plus de mettre à la porte de l’hôpital sans aucune assistance un patient qui ne peut pas se débrouiller tout seul et c’est là où cette pratique comporte un risque. La généralisation de la chirurgie ambulatoire doit être associée à des procédures d’accompagnement garantissant à l’extérieur de l’hôpital un confort minimum et la surveillance requise pour prévenir ou détecter des complications secondaires.

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • le douaron le 8 mai 2014 à 11:56

    bonjour, bien entendu l’ambulatoire peut être une source d’économie. mais il ne faut pas exagérer. autant il y a pu avoir des abus des hôpitaux et cliniques pour avoir gardé plus longtemps qu’il n’en fallait pour être bien payé par la caisse primaire, autant maintenant que ce peut être dangereux d’être charcuté le matin et sortir le soir. j’ai en connaissance une voisine âgée qui a été opérée par célio scopie le matin sortie le soir qui a fait hémorragie dans la nuit et a du être ré-hospitalisée d’urgence ; sachant que son époux âgé également a beaucoup paniqué ce qui ce comprend aisément. les économie à faire : ne pas facturer deux fois la même journée pour un entrant et un sortant (vous voyez ce que je veux dire) et peut être faudrait il que chaque patient ou famille de patient voient les factures tiers payant avant et non après sachant que les décomptes hospitaliers ne sont pas transmis aux patients donc ouverture à tous les excès. pm en 1983, à la maternité de chenove, mon épouse a eu deux jours de plus de facturé à la caisse, j’en ai eu connaissance, je l’ai signalé et n’ai jamais eu de réponse. voyez, tout tout tout est à remanier, des hauts salaires trop haut salaires en passant par la vie chère, par les dépenses faramineuses de l’état des collectivités locales (sans amputer la santé sans amputer la sécurité, sans amputer le travail etc..) mais là c’est une autre histoire, quel vrai politique s’attaquera à tout ça. pour l’instant ce sont les manipulations avec effets d’annonce mais réelle diminution du pouvoir d’achat et réelle augmentation du chômage sous la pression du cac 40 qui gouverne avec l’europe maintenant. rendez vous compte 23 listes aux prochaines élections européennes LA PLACE D’ELU à quelque niveau qui soit SONT BONNES surtout bien payées.

  • harstrich josette le 8 mai 2014 à 12:52

    Tout le monde y gagne, docteur………avec les réserves que vous énumérez; au fin fond d’un trou de campagne, je suis très septique quant à la rapidité des « secours » en cas de besoin; faire des économies, tout à fait d’accord, mais je pense qu’il faudrait déjà commencer par tout « ce petit monde » qui nous gouverne; M. Valls ou Mme Touraine, si besoin, où vont-ils se faire soigner? Là, il y aurait vraiment ÉCONOMIES………….