Ventes de médicaments en ligne : attention aux tromperies sanitaires !

Par Dr François-André Allaert le 12 août 2013

Comme nous l’avons écrit précédemment et malgré que je râle contre cette situation qui me paraît dangereuse, en application d’une directive européenne de 2011, quelques 4.000 produits d’automédication peuvent être vendus via internet depuis le 12 juillet. Il convient par contre de rappeler de manière très ferme que cette vente en ligne n’est possible que  sur des sites d’e-pharmacie devant être adossés à une pharmacie réelle permettant un entretien pharmaceutique et expressément validés par les agences régionales de la santé (ARS).

Nombre de sites actuellement ne le sont pas et sont des sites « pirates » sur lesquels vous risquez d’acquérir des médicaments non conformes aux bonnes pratiques de fabrication voire même contrefaits et susceptibles de contenir des principes actifs en surdosage, sous-dosage ou des substances toxiques.

A ce stade, seulement 44 sites ont été autorisés par les ARS et le  Conseil national de l’ordre des pharmaciens a récemment déposé plainte contre onze sites soupçonnés de n’avoir aucune autorisation et de vendre des médicaments contrefaits.

Si malgré tout, vous décidez d’acheter en ligne plutôt que de faire quelques pas pour aller voir votre pharmacien de proximité, prenez au moins la peine de vérifier que le site sur lequel vous allez est au nombre de ceux autorisés. Vous devez également vous assurer que figurent clairement sur le site les nom et prénom du pharmacien, les coordonnées de l’officine, son numéro de licence de même que le nom et l’adresse de l’agence régionale de santé (ARS) dont dépend la pharmacie.

La liste des sites autorisés figure sur le site du ministère (www.sante.gouv.fr), de même que sur celui de l’Ordre des pharmaciens (www.ordre.pharmacien.fr/Le-patient/Vente-de-medicaments-sur-Internet-en-France).

Je crains qu’il ne faille attendre la survenue du premier accident pour que les personnes comprennent que ces achats de médicaments en ligne ne répondaient pas à un besoin de la population et sont par contre potentiellement dangereux.

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *