Cauchemard ou bonheur la e-médecine ?

Par Dr François-André Allaert le 27 janvier 2013

Optimiser le coût des soins est une nécessité et comme dans les autres domaines, l’outil informatique peut apporter une aide pour réduire le temps humain mais il faut être conscient que ce n’est sans doute qu’une solution de rechange face aux carences. La télémédecine à laquelle je suis bien sûr favorable est une réponse à la désertification médicale et à l’absence de soins de proximité mais ne va-t-on pas prétexter cette technologie pour laisser la porte ouverte à encore plus de désertification…. Les projets d’équipement des lits d’hôpitaux de capteurs détectant les moindres signes suspects sont une réponse au manque croissant de personnel mais à un moment, il faut bien aller dans la chambre du patient et répondre à ses besoins. Un minimum de personnels est nécessaire…. De même, paradoxe de l’informatisation des dossiers médicaux, elle conduit aussi à une inflation majeure des données disponibles et si tout est à portée des yeux, le médecin a-t-il le temps matériel d’explorer les dizaines de pages d’informations mises à sa disposition sur l’écran. Une pléthore d’informations ne viendra-t-elle pas étouffer l’information pertinente. L’enjeu de ces outils fabuleux est qu’ils viennent aider les patients à bénéficier de soins de qualité dans un environnement qui reste emprunt d’humanité et qu’ils ne deviennent pas des solutions pour compenser un encadrement humain de plus en plus déficitaire. Un exemple ? On vous opére du dos ou l’on vous met une prothèse et on vous renvoie chez vous en moins de 72h ce qui est une belle prouesse technique. On oublie juste un détail: vous vivez seul, vous n’avez personne pour vous aider et faire les courses avec votre déambulateur n’est pas ce que l’on fait de mieux comme ré-éducation…

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • docteur Vincent le 28 janvier 2013 à 8:24

    En médecine on aura toujours besoin de l’autre, et pas virtuellement; rien ne vaut le contact humain. La télémédecine a ses limites et je n’irai pas dans ce sens dans mon cabinet