Découverte hasardeuse d’un médicament pour lutter contre l’alcoolisme !

Par Dr François-André Allaert le 6 mai 2012

Il arrive parfois que lors de la généralisation de son usage à grande échelle un médicament ayant obtenu son autorisation de mise sur le marché suite à la démonstration de son efficacité dans une indication précise, se révèle de manière étonnante très efficace sur une autre maladie à laquelle on n’aurait jamais pensé !  

Ce fut le cas par exemple d’un  médicament antihypertenseur – pas très efficace d’ailleurs – qui s’est révélé être l’un des rares produits susceptibles de favoriser la repousse des cheveux. Cette découverte fut faite parce que  les femmes qui en prenaient avaient comme effets secondaires de voire assez souvent apparaître des poils disgracieux à des endroits peu souhaitables.

Pour le Baclofène, ce serait un médecin en prise avec des difficultés d’alcool qui aurait le premier rapporté le fait que depuis qu’il prenait ce produit initialement utilisé pour décontracter les muscles, il avait moins de mal à contrôler son addiction. Depuis, ce serait quelques 30 000 personnes qui prendraient ce médicament pour éviter de trop boire mais l’inconvénient est que le médicament n’est pas  autorisé dans ce cadre et que l’obtention d’une autorisation nécessite de lourdes et chères études et des délais importants.

Par exception au principe les autorités viennent d’autoriser la délivrance au cas par cas de ce produit tout en l’assortissant de la mise en œuvre en parallèle d’études pour vérifier si ce bénéfice est bien réel et si il n’est pas associé à des effets secondaires qui seraient néfastes. Mais le plus extraordinaire est sans doute qu’un myorelaxant soit parvenu à décontracter l’Affsaps…

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Sylvie Imbert le 6 mai 2012 à 8:36

    Ce ne sont pas les vertus du baclofène qui ont convaincu l’Afssaps mais plutôt les menaces de plainte pour non assistance en danger de Bernard Granger.
    Parce que ce médicament générique et peu coûteux dérange énormément, rien n’a été fait à son sujet pendant 7 ans.
    Quand on sait que l’alcoolisme tue 120 personnes par jour c’est proprement scandaleux.
    L’Afssaps semble l’avoir compris en partie puisqu’elle entrouvre la porte.
    Sylvie Imbert – Association BACLOFENE

  • Yves BRASEY le 7 mai 2012 à 11:57

    Dr François-André Allaert, il ne s’agit pas d’une découverte hasardeuse !

    Le Pr Olivier Ameisen, célèbre cardiologue, comme 10 % de la population constate qu’il est malade alcoolique.

    Après avoir suivi toutes les thérapies traditionnelles, il rejoint les presque 90 % d’échecs.

    Ne baissant pas les bras, il effectue de nombreuses recherches et trouve qu’à partir d’une certaine dose, le baclofène guérit des rats de laboratoire rendus dépendants à diverses drogues.

    Aucun essai n’avait été fait sur l’homme, il décide d’être son propre cobaye et ce qui marche chez le rat fonctionne aussi sur lui.
    A 270 mg, il guérit de son alcoolo-dépendance.

    En 2004 il l’écrit dans un Case report : http://www.olivierameisen.fr/baclofene/complete-and-prolonged-suppression-of-symptoms-and-consequences-of-alcohol-dependence-using-high-dose-baclofen-a-self-case-report-of-a-physician/ et 2008 il publie un livre « Le dernier verre » Edt Denoël.
    Donc pas de découverte hasardeuse, mais sans doute la plus grande découverte médicale de ce siècle !

    Yves BRASEY Association Baclofène.

  • Alcoolisme : « Pas de médicaments miracles » | vidalconseils le 28 mai 2012 à 11:05

    […] pour décontracter les muscles, il avait moins de mal à contrôler son … Read more on Dijon-Sante.fr Posted in Baclofène Tags: Alcoolisme, médicaments, miracles « Alcoolisme : l'Obs a […]

  • de boistel bertrand le 15 août 2012 à 16:37

    aujourdui mon premier demi compries