Des abus tarifaires pratiqués dans les hôpitaux publiques !

Par Dr François-André Allaert le 27 février 2012

L’enquête de 60 millions de consommateurs sur les abus tarifaires pratiqués par certains médecins dans le cadre de l’activité privée qu’ils exercent à l’hôpital porte tort sans aucun doute à l’hôpital public qui apparaît le lieu d’une médecine à deux vitesses, où selon que l’on sera riche ou pauvre, on ne sera peut-être pas plus ou moins bien soigné (ce n’est pas vrai j’en suis convaincu), mais pris en charge plus ou moins rapidement !

En fait c’est un peu comme lorsque vous embarquez sur Air France en classe économique ou en « classe affaire ». Au final tout le monde prend le même avion et arrivera au même endroit, par contre il y a ceux qui attendent dans les couloirs et ceux qui ont accès au salon VIP, il ya ceux qui font la queue pendant une heure pour s’enregistrer et à nouveau une heure pour embarquer et ceux qui ont un accès direct.Pour l’avion globalement cela ne me gêne pas vraiment car  ce n’est pas une nécessité de partir en vacances à l’autre bout du monde et qu’il existe des différences de niveaux de vie ou de standing n’a rien de surprenant. Par contre lorsqu’on souffre de la hanche à ne plus pouvoir marcher ce n’est pas un choix, et devoir souffrir 6 mois  d’attente parce que l’on ne peut pas payer la classe affaire à l’hôpital ce n’est ni acceptable ni juste !

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Frade le 1 mars 2012 à 12:29

    la médecine à 2 vitesses existe depuis longtemps et le phénomène n’a fait que s’amplifier ces dernières années avec moins de remboursement, taxation des mutuelles qui répercutent ces augmentations de taxes sur les adhérents, budget des hôpitaux sans cesse chahuté, tarification à l’activité des hôpitaux qui se lancent avec frénésie sur les actes les plus rentables et délaissent le service public qui devrait être rendu aux plus vulnérables… alors cette enquête ne fait que relater la triste réalité de notre système de santé.