Plutôt que des vétérinaires, pourquoi pas des pharmaciens?

Par Guillaume Varinot le 23 décembre 2011

Il y a une semaine, Françoise Tenenbaum, adjointe au maire de Dijon déléguée à la santé, proposait de faire appel aux vétérinaires en cas d’urgence, pour palier à la pénurie de médecins dans les déserts médicaux. Des propos largement repris et critiqués au niveau national, mais aussi par les pharmaciens de Côte d’Or.

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • YVRAY Robert le 6 janvier 2012 à 18:24

    Voilà qui rejoint la problématique des interprétations de ce que l’on faire de déclarations. Car si la suggestion de Mme TENENBAUM n’a pas été suffisamment claire,je crois que le fait de faire une telle proposition met à jour les difficultés que rencontrent de plus en plus tous les patients dans certaines zones.Effectivement, nous en parlons dans des diverses commissions, mais ? Je suis persuadé que l’implication des pharmaciens est capital et nous connaissons bien leur efficacité, mais comme le souligne M.VARIOT, il faudrait encore que des bonnes décisions soient prises car le conseil de l’ordre est aussi confronté à des décrets qui pénalisent, je le pense, leur activité.
    Au moins, nous voyons beaucoup de réactions et il faudrait espérer que toutes ces critiques, aussi justifiées qu’elles puissent l’être, soient remplacées par des propositions et actions concrètes.