La médecine du travail en voie de disparition…

Par Dr François-André Allaert le 7 avril 2011

Exercer la médecine du travail est un exercice difficile dans lequel le praticien doit parfois louvoyer entre les pressions potentielles des employeurs comme des salariés. Son rôle est souvent mal compris mais comme trop souvent c’est lorsqu’il sera moins présent qu’on se dira qu’il était utile, voire même qu’on le regrettera.

Cette spécialité médicale  est en effet en voie de disparition, il n’y a pour s’en rendre compte que de lire les nombreuses offres d’emplois où ils sont demandés. Ils sont aujourd’hui 6500 pour prendre en charge 16,5 millions de salariés du privé et 600 postes sont d’ores et déjà vacants. Ceci s’aggravera dans les prochaines années car leur moyenne d’âge est de 55 ans et on estime que 4000 seront partis à la retraite d’ici 5 à 10 ans.

Pour compenser ces départs à la retraite, seulement 100 postes de formation sont ouverts dans les facultés de médecine, cherchez l’erreur…Certes pour compenser leur raréfaction, des textes récemment votés prévoient que d’autres professionnels de santé puissent intervenir pour « prévenir les risques de santé » dans l’entreprise. Outre la formation requise qui ne sera sans doute pas au rendez-vous, les textes ne prévoient pas qu’ils disposent d’un statut de salarié protégé comme les médecins du travail. Ce statut leur permet, au nom de la déontologie médicale, de protéger leur indépendance de décision à l’égard de la société qui les emploie.

L’accès aux soins se réduirait-il aussi en entreprise ? Seule avancée intéressante des textes, le médecin du travail se voit impliqué plus avant dans la gestion des risques. Mais faute de temps, n’est-ce pas là  une façon de le rendre co-responsable d’un domaine où il aura finalement peu de moyens d’agir.

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • yves lohier le 8 avril 2011 à 20:04

    Bonjour à tous,
    Il serait dommage que la médecine du travail disparait, oui bien dommage. Je pense que s’est la porte ouverte à toutes sortes d’abus. Lorsque le travail du médecin du travail est bien fait sa aide l’entreprise à modifier les postes les gestes le comportement de l’employeur et de son encadrement. le médecin à un rôle primordial dans une entreprise même s’il est payé par l’employeur voir les employeurs bien sûr son indépendance doit être assuré et non vendu à l’employeur. Encore un moins pour les salarier qui de plus en plus on besoin d’être suivi par une médecine du travail. Un plus aussi qui disparait pour les employeurs qui ont besoin d’un médecin du travail qui a accèd au postes de travail. Bon de toute façon s’est encore une économie de bout de chandelle.