« Le numérique a fait de moi un hors la loi »

Par Dr François-André Allaert et Christian Guillermet le 5 juillet 2017

Nous sommes le 16 novembre 2025, dix ans après que le premier congrès national sur les objets connectés et applications de santé se soit tenu dans la ville de Dijon, devenue depuis l’une des grandes métropoles de la santé connectée…

« Cet article, rédigé par notre Directeur de publication, le Professeur François-André Allaert, a été publié l’année dernière, à l’occasion du colloque OCS Dijon 2016, consacré aux objets connectés de santé. Il met en lumière, d’une manière assez angoissante certes, presque anxiogène, l’évolution possible des nouvelles technologies de santé et de notre système de soins. Les dérives supposées sont ici exacerbées, mais sommes-nous certains, sans éthique et humanité, que notre société ne sombrera pas dans le contrôle forcené de la nouvelle intelligentsia connectée ? »

Christian Guillermet, Rédacteur en chef de dijon-sante.fr

Le numérique a fait de moi un hors la loi loi loi… Ce matin, mon Healthphone, en me réveillant, m’a indiqué que j’ai dormi 6 heures, ce qui n’est pas assez pour mon âge et surtout que 3 heures de ce sommeil était de mauvaise qualité.Je devrais donc penser à dormir plus et mieux. Ma tension artérielle qui s’est affichée à l’écran indiquait 145/93 mmHg et pendant que mon café coulait automatiquement, puisque programmé sur mon réveil, mon pilulier électronique clignotait et vrombissait pour me rappeler que je devais prendre mes médicaments. Dès que je les ai pris il s’est arrêté. Avant de partir, l’écran de mon Healthphone indiquait que je devais marcher au moins 30 minutes aujourd’hui, ce qui m’a bien fait sourire avant de monter dans la voiture car j’étais déjà franchement en retard.

Au déjeuner, dans mon resto favori, j’ai choisi sur le menu électronique, un steak tartare et des frites avec un pichet de bourgogne, et la valeur 1250 calories s’est affichée sur l’écran et a été transmise à mon Healthphone qui cumule chaque jour mon nombre de calories et la répartition en sucres, lipides, protéines et alcool de mon alimentation.  Toutes les semaines, grâce à des capteurs transcutanés, il m’indique d’ailleurs où j’en suis de mon cholestérol et de ma glycémie et si je dépasse les valeurs supérieures, il m’envoie un message pour me rappeler de faire attention ou d’aller consulter si je dépasse de trop les critères de référence pour un homme de mon âge. Comme je suis un peu en excès ce midi, je me promets de faire attention ce soir. Je reprends ma voiture après le travail pour rentrer à la maison. Quand j’allume ma télé, mon Heathphone se connecte automatiquement et m’indique que je n’ai pas marché assez et qu’il ne me reste normalement seulement 250 calories à manger puisque je n’ai pas assez éliminé. Je zappe mais me sert finalement un grand verre d’eau plutôt que mon whisky habituel, faut quand même faire attention…

Cette description correspond sans doute en la version positive  des Healthphone qui pourraient prochainement apparaître mais si nous n’y prenons pas garde, cela pourrait aussi donner le scénario suivant…

Ce matin, mon Healthphone en me réveillant, m’a indiqué que j’ai dormi 6 heures ce qui n’est pas assez pour mon âge et surtout que 3 heures de ce sommeil était de mauvaise qualité. Je devrais donc penser à dormir plus et mieux. En conséquence, je suis informé que si cela devait se répéter plus de trois fois dans la semaine, je devrais aller consulter obligatoirement le dispositif d’éducation thérapeutique sur le sommeil sous peine de voir ma prime d’assurance augmenter de 3%. Ma tension artérielle qui s’est affichée à l’écran indiquait 145/93 mmHg avec un message d’alerte m’indiquant que je rentre dans la zone à risque et qu’une consultation vient d’être prise pour moi au HealthCenter le 12 décembre à 14h15. La non présentation à ce rendez sera potentiellement sanctionnée par une pénalité de 200 euros qui sera prélevée directement à la source sur mon salaire. Pendant que mon café coulait automatiquement, puisque programmé sur mon réveil, mon pilulier électronique clignotait et vrombissait pour me rappeler que je devais prendre mes médicaments. La sonnerie a duré 10 minutes et s’est ensuite connectée avec mon téléphone sans que je ne puisse rien faire pour l’arrêter sauf prendre mes médicaments… Avant de partir, l’écran de mon Healthphone indiquait que je devais marcher non pas 30 minutes mais 45 puisque mon sommeil n’avait pas été bon et que ma tension était trop élevée. Je m’installais au volant mais ma voiture ne pouvait démarrer et un message indiquait : vous devez marcher 45 minutes.

Le numérique a fait de moi un hors la loi loiAu déjeuner, dans mon resto favori, j’ai choisi sur le menu électronique, un steak tartare et des frites avec un pichet de bourgogne et la valeur 1250 calories s’est affichée sur l’écran et à été transmise à mon Healthphone qui cumule chaque jour mon nombre de calories et la répartition en sucres, lipides, protéines et alcool de mon alimentation.   Toutes les semaines, il m’indique d’ailleurs ou j’en suis de mon cholestérol et de ma glycémie et si je dépasse les valeurs supérieures, il m’envoie un message pour me rappeler de faire attention ou d’aller consulter si je dépasse trop les critères de référence pour un homme de mon âge. Et aujourd’hui, comme je les dépasse, le menu électronique n’a pas validé mon choix et n’a accepté qu’une commande de légumes verts et carottes avec un verre d’eau de source. Le soir, faute de voiture, je suis rentré à pieds à la maison. Quand j’ai allumé ma télé, mon Healthphone s’est connecté automatiquement et m’a indiqué que je n’avais pas confirmé mon rendez vous pour ma tension et qu’outre l’amende de 200 euros, je risquais de voir ma police d’assurance maladie augmenter de 20%. Un autre message m’indiquait que comme je suis déjà à 80% de pénalité, je risquais de ne plus pouvoir être assuré et que je figurerai alors sur la liste consultable en permanence par tout le monde des personnes asociales sur le plan sanitaire. Une telle information serait également communiquée à mes proches et à mes voisins afin qu’ils soient informés que je suis un mauvais exemple dont la fréquentation peut contribuer à pervertir les règles d’hygiène de vie qu’il suivent pour leur santé et le bien être de tous. Faut dire qu’ils s’ennuient tous tellement que cela leur fera sans doute une distraction. Ce soir, je vais en douce dans un resto clandestin où l’on mange des frites et boit de le bière. J’ai trouvé un brouilleur d’onde qui permet de neutraliser mon Healthphone mais je risque gros… Le numérique a fait de moi un hors la loi.

La santé connectée est un immense progrès a condition de la contrôler pour éviter qu’elle nous contrôle. Le Mieux est l’ennemi du Bien disait-on en 2015, à nous de choisir comment sera 2025…

http://ocsdijon2017.fr/

 

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Odile Janiaut le 7 septembre 2016 à 18:37

    et oui, et le stress va diminuer ????? où est le plaisir de vivre ? toujours controlé et dicté sur tout ?