Notation des hôpitaux: ajouter aussi l’humanité des soins!

Par Dr François-André Allaert le 16 avril 2017

Régulièrement, les hôpitaux de France sont classés par les magazines tandis qu’immédiatement, directeurs d’hôpitaux et Maires des agglomérations ne tarissent pas d‘éloges sur leur bons classements, du moins pour ceux qui sont bien classés…

La démarche initiale est bonne mais elle a sincèrement ses limites. La première est qu’elle ne concerne qu’un nombre limité d’hôpitaux et en tout premier lieux, ceux situés dans les grandes villes et qui même s’ils crient misère (avec raison) sur les budgets qui leurs sont alloués, sont bien mieux dotés que les hôpitaux des sous préfectures en voie de désertification démographique.

La seconde limite est que les critères retenus sont essentiellement des critères de productivité, d’efficacité technique et de moyens qui tiennent peu compte des bienfaits perçus par les patients. C’est dans cette optique que la très fameuse faculté de Harvard  propose de mettre en œuvre de nouveaux modèles d’évaluation et de notation des hôpitaux qui ne tiennent pas uniquement compte de la performance technique et de la rentabilité mais également de la satisfaction et notamment de la dimension humaine de la relation des soins: confort, accompagnement psychologique, isolement, écoute, accompagnement post hospitalisation.

C’est vrai qu’à force de vouloir rationaliser et être au top de la performance technique on oublie peut-être que l’hôpital n’est pas un super atelier de réparation des corps en souffrance mais un lieu d’humanité qui soigne aussi des âmes en souffrance.

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *