Les délais de consultations continuent de s’allonger

Par Dr François-André Allaert le 26 mars 2017

Encore et toujours de l’attente

Selon une étude IFOP publiée dans Le Figaro, les délais pour obtenir une consultation auprès d’un spécialiste se sont rallongés d’une semaine et demi entre 2012 et 2017. C’est particulièrement sensible dans des spécialités telles que l’ophtalmologie, où le délai d’attente atteint aujourd’hui 117 jours, ou encore la dermatologie, où il est de 64 jours.

La médecine générale aussi

Les délais se sont aussi allongés en médecine générale et il faut désormais  patienter une semaine alors qu’il suffisait de 3 jours en 2012. Malgré toutes les grandes déclarations et les « mesures » prises en sa faveur, l’accès aux soins continue de régresser. Les raisons de cet allongement des délais sont certes en relation avec l’augmentation de la demande du fait du vieillissement de notre population mais aussi du vieillissement de la population médicale elle-même dont près de la moitié à plus de 55 ans ! Les départs à la retraite des médecins et un nombre insuffisant de remplacements ne feront qu’aggraver la situation dans les années qui viennent. Par ailleurs un autre phénomène monte en puissance : la spécialisation des médecins qui estiment leurs honoraires insuffisants dans le cadre de l’activité prise en charge par l’assurance maladie et qui se tournent vers des activités librement tarifées offrant des services spécifiques en matière de nutrition ou de conseils sportifs par exemple…

Tout ceci se conjugue, pour que de plus en plus de français renoncent à se soigner. Et ils seraient aujourd’hui 1 sur 3 à se dire que finalement, ils se passeront de la consultation spécialisée qui leur a été recommandée.

Articles à découvrir...

Commentaires

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • le douaron le 30 mars 2017 à 10:18

    bonjour,
    je crois connaitre la solution de tous ces déboirs concernant la santé ; notre santé nous patients.
    c’est donner aux grands pontes, aux spécialistes, aux généralistes, et tous les corps de la santé
    le prix qu’ils demandent ; même si c’est exagéré, vous verrez, il n’y aura plus de délais, il n’y aura
    plus de désert, les pharmacies ne fermeront plus et nous patients, nous devrons payer payer et
    payer encore à condition de pouvoir « se payer » « une bonne mutuelle » alors que la haut, dans les sphères gouvernementales, ça continuera dans l’abondance financière, dans les détournements, dans les évasions fiscales etc….en France, c’est l’argent qui a toujours gouverné, qui gouvernera encore. en France les riches entassent, les pauvres accroissent. pourquoi le fait d’avoir fait de longues études (payées par l’argent du contribuable) autoriserait il d’appauvrir le petit peuple ? bon, ça n’est pas moi , seul, qui aspire à vite partir, qui fera changer les mentalités des prétendants politiques ; il n’y a qu’à voir cette soit disante campagne électorale.